« 240 744 tonnes. » Selon Le Parisien, il s’agit de la quantité de déblais de la carrière Lafarge et provenant des travaux du RER E jusqu’à Mantes-la-Jolie qui doit prochainement être évacuée à la demande de la préfecture après la découverte d’un « taux de pyrite supérieur à la norme ».

Ce minéral constitué de composés ferreux a été découvert par l’exploitant de la carrière après avoir vu les terres prendre une teinte rouge. « Ce composé ferreux peut acidifier le milieu dans lequel il est entreposé et dégager des sulfates, nocifs pour l’environnement terrestre et fluvial », indique Le Parisien. L’enlèvement des déblais aurait déjà commencé, par voie fluviale, vers un site spécialisé en Seine-Maritime.

Quant à son apparition dans les terres issues des travaux du RER E, la Direction régionale et interdépartementale de l’environnement, de l’aménagement et des transports (Drieat), déclare au quotidien que la pyrite ne faisait pas partie des polluants à rechercher dans le cadre de l’arrêté ministériel relatif aux déchets inertes de 2014 soit « bien avant le démarrage des chantiers de grande profondeur comme celui d’Eole qui entre dans des sous-couches qu’on ne voit pas habituellement ».