Gare, Charvaux, Côteaux, Fin d’Oise et Centre-ville, les cinq quartiers délimités par la municipalité ont désormais tous leur groupe d’habitants. Impulsés par la Ville, ces conseils de quartier ont pour objectif de « faciliter la remontée d’informations » auprès des services municipaux mais également proposer des pistes de solution. « [L’origine] c’est le constat qu’on a pu tous faire, ici ou ailleurs, de réunions de quartier qui n’étaient que des réunions avec des gens qui viennent et qui râlent avec derrière plus ou moins de suivi », explique Michel Près, l’élu en charge de la démocratie ­participative.

Pour assurer l’autonomie des différents groupes et éviter des échanges unilatéraux, la Ville a pris le parti que ces derniers soient présidés par des élus sans délégation et extérieurs aux quartiers. Un choix qui a surpris, voire déçu certains habitants du quartier des Charvaux venus en quête de réponses sur des sujets très précis. Au quartier Fin d’Oise, l’idée de pouvoir proposer des solutions avec « à terme un budget d’environ 10 000 euros » à gérer pour des propositions semblait séduire. « Je pense qu’il faudra environ deux ans pour que ces conseils fonctionnent ­parfaitement », estime l’élu andrésien.