« Le Sida se soigne aussi par la politique. » Reprenant la devise de l’association Elus locaux contre le Sida (ELCS) qu’il préside, Jean-Luc Romero a remis le label « Ville engagée contre le Sida » au maire, Eddie Aït (SE), ce 18 janvier en rappelant qu’en France « 2 100 personnes meurent [à cause] du Sida », chaque jour.

« On fait une espèce de bruit de fond, parce qu’évidemment on ne peut pas parler du Sida tous les jours, mais il faut [le] faire ce bruit de fond, parce qu’ici autour il y a forcément des personnes qui vivent avec ce virus, insiste-t-il. […] Et donc de voir que le maire de Carrières-sous-Poissy, de voir que le sénateur des Yvelines sont là pour parler de la lutte contre le Sida, c’est un message qu’on envoie aussi aux ­personnes, en disant vous n’êtes pas seuls. »

« La lutte contre le Sida est pour nous une priorité parce qu’elle est multiple », argue Eddie Aït, vice-président de l’association. Parmi les actions amorcées, l’édile met en avant « la mise à disposition d’un appartement d’urgence » pour les personnes en difficulté, et l’adoption par le centre communal d’action sociale d’un plan de lutte contre le Sida.