De la grâce, beaucoup de souplesse et une bonne dose de rythme. Tels sont les ingrédients nécessaires à la pratique de la gymnastique rythmique qui ont permis à deux jeunes licenciées du club de l’Entente carriéroise, à Carrières-sous-Poissy, de se ­qualifier au championnat de France à Boulogne-sur-Mer. En janvier dernier, Margaux Philippot, 14 ans, a terminé à la 14e place sur 41 participants. Sur 42 candidats, Anna Chanson, 12 ans, a, elle, terminé à la 18e place dans sa catégorie. Avec des résultats aussi encourageants, le club espère désormais se faire davantage connaître.

« Ce sont de très bons résultats au niveau national donc [le club] est vraiment très fier et très content […]. Il y a des gens qui nous ont contacté en nous disant qu’ils ne savaient pas qu’il y avait une section de gymnastique rythmique aussi performante. [Il y a] même des entraîneurs qui seraient prêts à intégrer la section […]. Avoir été au niveau national, c’est sûr que cela nous a fait une bonne publicité et on espère bien continuer comme cela », résume Eugénie Raphael en charge des entraînements.

C’est elle qui est à l’initiative de la création, en 2012, d’une section de gymnastique rythmique au sein du club. « Quand je suis arrivée dans la région, il n’y avait pas de gymnastique rythmique […], se souvient-elle. C’était un manque parce qu’il y a des gymnastes qui auraient voulu plus danser et moins faire d’acrobaties par rapport à la gymnastique artistique donc, quand j’ai créé la section, il y a tout de suite eu de la demande. »

À sa création, la section ne comptait cependant qu’une « dizaine de gymnastes ». Malgré une baisse des effectifs en raison de la crise sanitaire, la section compte cette année « une cinquantaine » de membres, de 6 à 31 ans. Licenciées depuis plusieurs années, Margaux Philippot et Anna Chanson ne semblent pas avoir hésité longtemps avant d’intégrer la section de gymnastique rythmique du club. « Il y a de l’artistique et de la manipulation d’engins [comme des cerceaux ou des rubans par exemple]. Il y a plein de choses en même temps et cela se ­complète », déclare ­Margaux ­Philippot.

Les deux jeunes membres de l’Entente carriéroise sont néanmoins convaincus qu’une plus grande médiatisation de cette discipline ferait encore davantage croître le nombre de licenciés. « [La gymnastique rythmique] ne passe pas à la télévision, il n’y a pas assez de diffusion », déplore Anna Chanson qui s’imagine bien, plus tard, exercer la profession ­d’entraîneur ou de juge.

Fière d’avoir représenté leur club au niveau national en individuel, les deux gymnastes restent concentrées sur leur objectif de progresser encore davantage. Pour cela, elles s’entraînent trois fois par semaine. « C’est beaucoup mais cela vaut le coup vu qu’on est arrivées jusqu’aux championnats de France », conclut Margaux Philippot. Le 13 février, avec deux autres jeunes gymnastes, Anna Chanson et Margaux Philippot sont arrivées à la deuxième place de la compétition des ensembles qui a eu lieu à Voisins-le-Bretonneux.

Crédits photo : Neishel.art