Alors que le second tour de l’élection présidentielle opposera ce dimanche 24 avril Emmanuel Macron (LREM) à Marine Le Pen (RN), de nombreux élus yvelinois, de toutes sensibilités, ont appelé au front républicain pour contrer l’extrême-droite et la menace qu’elle représente (voir pages 2 et 3).

Rares sont ceux à ne pas avoir pris la parole, y compris parmi les candidats à l’élection municipale partielle de Mantes-la-Jolie qui se tiendra les 15 et 22 mai prochains. L’actuel adjoint Jean-Luc Santini (LR), a ainsi indiqué au site internet Mantes actu : « Il faut faire barrage au Rassemblement National sans hésitation. Le peuple était dimanche dernier dans un vote protestataire contre l’État. Il faut que le président-candidat l’entende. »

En revanche, s’il y en a un dont le silence peut interpeller, c’est bien celui de l’ancien maire Raphaël Cognet (DVD). Ce lundi 18 avril, il n’avait toujours pas pris position, ni donné de consigne de vote. Selon nos informations, sa probable liste comprendrait des électeurs frontistes ou zemouristes.