Une transformation notable pour l’avenir du site muriautin de l’entreprise Colas Rail, spécialisée dans les infrastructures ferroviaires. Présente dans 22 pays, la société est implantée en ville depuis 2000 sur un espace de plus de 38 000 m² où elle y regroupe les sièges de la voie ferrée Île-de-France Normandie et de l’activité de maintenance des équipements Ramfer. Alors qu’en 2018, La Gazette relatait l’intention de la société d’étendre le site muriautin sur 1,8 hectare de terres agricoles, ce projet ne s’est cependant pas concrétisé. La pose de la première pierre des locaux de l’agence Île-de-France Normandie et du service matériel de Colas Rail s’est déroulée le 7 juin dans un espace qui appartenait déjà à l’entreprise.

« À un moment, il y avait eu un projet d’extension du site mais c’était trop compliqué parce que les bâtiments ne pouvaient pas s’étendre, parce qu’il y avait un foncier qui était extrêmement onéreux et donc on a décidé de réaménager le site, de démolir, de reconstruire et donc d’optimiser de façon optimale le site », déclare Hervé Le Joliff, président de Colas Rail, en insistant sur le fait que le réaménagement a nécessité un « grand nettoyage » de l’espace utilisé par l’entreprise avec notamment l’enlèvement de « plus de 2 000 tonnes de ferraille ».

« À un moment, il y avait eu un projet d’extension du site mais c’était trop compliqué parce que les bâtiments ne pouvaient pas s’étendre, parce qu’il y avait un foncier qui était extrêmement onéreux et donc on a décidé de réaménager le site », déclare Hervé Le Joliff, président de Colas Rail.

Selon lui, la construction des nouveaux bâtiments est cependant essentielle. En plus de répondre aux besoins de l’activité de l’entreprise, d’améliorer la sécurité des 150 collaborateurs y travaillant avec une séparation des circulations automobiles et des engins d’exploitation, Hervé Le Joliff est convaincu que les nouveaux locaux garantiront des bonnes conditions de travail aux employés. « Pour un certain nombre [de personnes travaillant] dans les bâtiments administratifs, ces travaux ne sont pas un luxe, confie-t-il. […] Ce sont effectivement des bâtiments qui, aujourd’hui, ont un peu vécu (ils dateraient du début des années 1970, Ndlr). »

Les bâtiments actuels, d’une superficie de 857 m², seront démolis. Les nouveaux, d’une superficie totale de 1052 m², seront livrés l’année prochaine. « Le premier bâtiment, l’atelier, sera livré au printemps 2023 et puis les bureaux seront livrés à l’automne 2023 », affirme le président de Colas Rail qui se veut confiant sur le ­respect des délais de livraison.