Effet pervers de la suppression progressive de la taxe d’habitation, les villes augmentent leur taxe foncière. Et c’est la ville de Mantes-la-Jolie qui détient un triste record en France, avec un bond vertigineux pour les propriétaires de 19 % en 2022, selon l’enquête d’un cabinet spécialisé FSL. Et si cette augmentation s’explique, elle interroge cependant. Elle s’explique sous l’effet conjugué de la revalorisation des valeurs locatives cadastrales (VLC) décidée par l’État (+ 3,4 % cette année contre 0,2 à 0,5 % d’habitude) ; de l’augmentation du taux de la taxe foncière de 6 % décidée par la communauté urbaine de Grand Paris Seine et Oise* (GPSEO) ; de la quasi disparition de la dotation globale de fonctionnement (DGF) que l’État versait aux communes en échange de la prise de compétences et enfin d’une inflation galopante et de la flambée des cours de l’énergie. Nombre de communes ont donc décidé de relever leur taux de taxe foncière.

Or elle interroge également car cette décision de relever le taux de la taxe foncière de GPSEO ne date pas d’aujourd’hui. Décidé sous la précédente présidence, elle aurait aussi pu être compensée par la baisse des taux communaux dans les villes les plus directement impactées. Visiblement, cela n’a cependant pas été le cas jusqu’à présent.

Reste à espérer pour les propriétaires de Mantes-la-Jolie que l’actuelle municipalité prendra une décision pour soulager leur facture.

* Décision prise par l’exécutif en septembre 2021 présidé à l’époque par Raphaël Cognet, le maire de Mantes-la-Jolie. Ce dernier a d’ailleurs voté le maximum des propositions faites par les services de GPSEO.