Face à l’augmentation des coûts de l’énergie, les piscines communautaires vont devoir réduire leur facture. Comme l’annonçait La Gazette dans son édition du 21 septembre, la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO) envisageait de réaliser des économies d’énergie dans l’ensemble des 11 piscines communautaires. Cette décision est désormais officielle. Dans un communiqué de presse du 22 septembre, GPSEO a indiqué la mise en place d’un plan de sobriété énergétique. Il est entré en vigueur le 26 septembre.

Ce plan concerne une « baisse de la température de l’eau de 1,5°C dans toutes les piscines [en passant] de 28,5°C à 27°C » et la « fermeture des deux bassins extérieurs des piscines Bains de Seine- Mauldre, à Aubergenville, et Migneaux, à Poissy, pour éviter le chauffage, le traitement ainsi que les renouvellements quotidiens réglementaires en eau ». Une « fermeture temporaire des piscines en période creuse, du 12 décembre 2022 au 8 janvier 2023 » est également prévue.

« Nous avons fait le choix de fermer nos piscines en fin et tout début d’année car il s’agit de la période où la fréquentation est la plus faible. Elle est dix fois inférieure à celle des mois d’été. C’est aussi le moment où la consommation énergétique est la plus élevée soit environ plus 40 % », explique Sabine Olivier, vice-­présidente de GPSEO ­déléguée au sport et maire de Bouafle.

Afin de pénaliser le moins possible le public fréquentant les centres aquatiques, l’élue insiste sur le fait que des mesures ont été prises. « Les activités seront reportées et les cartes d’entrées prorogées, déclare-t-elle. Le programme du savoir nager des écoles primaires, priorité de GPSEO ne sera pas non plus affecté grâce à la replanification des séances en lien avec l’éducation nationale. »

Dans le but de répondre notamment aux besoins des sportifs de haut niveau, la communauté urbaine précise que la fermeture des bassins en période creuse ne concernera pas les piscines de Porcheville et de Saint-Exupéry, à Poissy. Cette première sera effectivement ouverte aux clubs et sportifs de haut niveau du 12 au 16 décembre tandis que la seconde pourra les accueillir du 12 décembre au 8 janvier.

Alors que le communiqué indique que les équipements aquatiques « représentent à eux seuls 71 % du coût énergétique global annuel de GPSEO », la présidente de la communauté urbaine et maire DVD de Meulan-en-Yvelines, Cécile Zammit-Popescu, explique que le plan de sobriété permettra une « économie de 18 % ». Elle insiste cependant sur le fait que, bien que le coût énergétique des piscines communautaires soit élevé, des mesures avaient déjà été prises pour les ­limiter.

« Nous n’avons pas attendu la crise pour porter une attention particulière à cet enjeu [d’économie d’énergie] comme en témoignent le raccordement au réseau de chauffage urbain d’Aqualude, à Mantes-la-Jolie, et Bécheville, aux Mureaux, ou la chaufferie biomasse qui équipe les Bains de Seine-Mauldre, à ­Aubergenville », affirme-t-elle.

Le communiqué de presse indique, en tout cas, qu’un « plan de rénovation des piscines communautaires [va être] engagé à compter de 2023 » pour « réaliser plus de 40 % d’économie d’énergie par équipement [d’ici 2030] ». Quant au plan de sobriété énergétique, un bilan sera dressé à la fin de l’hiver pour évaluer « la nécessité de prolonger, revoir ou réduire ces différentes mesures ».