« 436 846 ». Tel est le nombre de licenciés recensés en 2021 par la fédération française de golf. Dans un rapport concernant les statistiques annuelles, elle précise également que ce nombre est en hausse de « 4,4 % » sur dix ans. Ces données n’étonnent en rien l’association des golfeurs du canton de Meulan et du Vexin (AGCMV), basée à Meulan-en-Yvelines. Fondée en 1998 grâce au jumelage culturel entre la Ville et celle de Kilsyth, en Écosse, l’association qui évolue dans plusieurs golfs dont celui de Seraincourt lutte contre les stéréotypes véhiculés à l’encontre de ce sport et assure que le golf est accessible à tous. « L’intérêt du golf c’est qu’à partir du moment où vous êtes en capacité de marcher, vous pouvez jouer. Il n’y a pas de limite d’âge », explique Joël Galloyer, membre de l’association. En marchant entre « six et huit kilomètres » lors de la réalisation d’un parcours en pleine nature, le golfeur insiste également sur le fait que cela permet de maintenir une « bonne forme ­physique ».

Bernard Lefevre, président de l’association, insiste, lui, sur le fait que ces distances se réalisent en plusieurs heures. Étant donné que les parcours de golf proposés par l’association ont lieu en semaine, la plupart des 80 membres de l’AGCMV sont des retraités. Pour autant, l’association, ouverte à tous, refuse d’entendre dire que la pratique du golf est réservée aux personnes âgées. « On lutte beaucoup contre cette idée. Il y a beaucoup de jeunes qui jouent et les golfs ont tendance à créer ce qu’on appelle des écoles de golf. Ce sont des écoles qui donnent des cours collectifs pour que les jeunes se mettent au golf », explique le président de l’association. Alors que les statistiques publiées par la fédération française de golf montrent qu’en 2021, la moyenne d’âge des femmes ayant une licence est de 55 ans contre 52 ans chez les hommes, l’instance sportive affirme également qu’avec « 43 739 » pratiquants de moins de 19 ans, le nombre de licence des jeunes est passé de « 9,6 % [en 2020] à 15,5 % [en 2021] ».

Selon Bernard Lefevre, les jeunes ne sont cependant pas les seuls concernés par les cours collectifs de golf. « On a très bien compris qu’il était très important de recevoir des néophytes et nous avons compris qu’il était absolument important d’avoir [en tant qu’association] des accords avec un professeur qui prend en charge de nouveaux membres dans le cadre d’un cours collectif pour leur donner des rudiments et leur permettre le plus rapidement possible d’accéder au parcours […]. On part du principe que, si par exemple, une personne adhère maintenant à notre association, on peut supposer qu’au printemps, elle pourra se lancer sur les parcours parce qu’en suivant sur la période hivernale des cours collectifs réguliers, elle sera à même, au printemps, de passer la carte verte. La carte verte c’est ni plus ni moins que ce qui est demandé sur la plupart des golfs pour pouvoir jouer en toute sécurité. »

Quant à l’idée que la pratique du golf est onéreuse, Bernard Lefevre tient à la relativiser. « C’est une fausse réputation de dire que cela coûte cher. Bien sûr, il y a encore ce type de golf [très onéreux] mais je dirai que, dans la majorité des cas, tous les golfs sont accessibles si vous avez votre licence [permettant notamment d’être assuré en cas d’accident] », confie le président de l’association en insistant sur le fait qu’appartenir à une structure associative permet aussi de réduire le tarif d’une partie de jeu. « Nous sommes une association indépendante mais nous avons tissé des relations amicales avec un certain nombre de golfs de la région et nous avons la chance d’être dans une région où il y a énormément de golfs […]. Avec les bonnes relations qu’on a tissé avec ces golfs, ils nous font bénéficier de tarifs préférentiels. Les membres payent moins chers que s’ils arrivaient en indépendants », affirme Bernard Lefevre en avouant que cette remise est de l’ordre de « 40 % » environ ce qui permet à une partie de jeu de plusieurs heures de coûter entre « 30 et 50 euros ». La cotisation annuelle pour être membre de l’association, elle, est de « 40 euros ».

Le coût d’investissement pour l’achat du matériel demeure cependant onéreux. « On trouve des séries de clubs avec le sac à 500 euros », explique Joël Galloyer qui déclare cependant qu’une fois acheté, le matériel peut durer plusieurs années. Selon lui, appartenir à une association est également avantageux pour un golfeur car, outre le fait de pouvoir s’échanger du matériel entre membres, des équipementiers proposeraient également des remises aux personnes inscrites à l’AGCMV.

L’AGCMV recherche de nouveaux golfeurs

Le 24 septembre, le président de l’association des golfeurs du canton de Meulan et du Vexin (AGCMV), Bernard Lefevre, a déclaré à La Gazette vouloir agrandir la structure associative composée actuellement de 80 membres. « Notre but serait d’augmenter un peu ce nombre jusqu’à une centaine de membres. Je pense qu’au-delà, on perdrait un petit peu de notre âme et on perdrait un peu en convivialité. Quand on est une centaine de personnes, on finit [quand même] par tous se connaître », affirme-t-il en précisant qu’il faut néanmoins pouvoir bénéficier de temps en semaine pour pouvoir participer aux activités de l’association. Les débutants sont également les bienvenus. Pour toute demande d’informations, il est possible d’écrire un courriel à l’adresse lefevre.agcmv@gmail.com. Les numéros de téléphone 06 08 54 46 20 ainsi que le 06 03 48 35 13 sont également à votre disposition.