2030, cela peut sembler loin, ou très proche. Toujours est-il que, dans à peine quelques années (moins de dix ans), le quartier du Parc, à Vernouillet, aura un « Nouveau visage ». Et ce nom n’a pas été choisi au hasard par les partenaires porteurs du projet que sont le département des Yvelines, la ville de Vernouillet, la communauté urbaine de GPSEO et les bailleurs sociaux CDC ­Habitat et Logirep.

Car il s’agit de transformer en profondeur un quartier construit dans les années 1950, vieillissant, et pourtant stratégique avec l’arrivée de la future gare Eole Vernouillet-Verneuil, et situé à seulement dix minutes à pied du centre-ville. Le 22 septembre dernier, les élus communautaires ont donc donné officiellement le coup d’envoi opérationnel de ce projet de renouvellement urbain. « Nous sommes fiers d’accompagner cet ambitieux projet vernolitain, nouvel exemple de notre solidarité territoriale, qui compte parmi les sept programmes de renouvellement urbain de GPSEO. Partout sur le territoire, la Communauté urbaine agit concrètement pour améliorer la qualité de vie de ses habitants », déclare Catherine Arenou, conseillère GPSEO ­déléguée à la Politique de la ville.

Alors à quoi doivent s’attendre les quelque 2 500 âmes qui vivent sur les 17 hectares du quartier du Parc ? À priori, ils ne devraient pas avoir de surprise car une grande concertation a été menée durant plusieurs mois. Cette démarche participative aura mobilisé pas moins de 600 personnes dans une douzaine d’ateliers de concertation (co-construction d’une maquette 3D, recueil des attentes des enfants, des collégiens, des lycéens, des adultes, des ­commerçants, des associations, etc.).

Le 20 septembre dernier, quelques jours avant le vote officiel des élus, le maire de Vernouillet, Pascal Collado, a organisé une réunion bilan des échanges avec les habitants. Il ressort que nombre de propositions sont venues enrichir le projet comme les îlots de fraîcheur ou les espaces végétalisés, le maintien d’une place publique pour le marché et les animations festives, le déplacement du centre social du côté du boulevard de l’Europe, des aires de jeux, city stade, etc.

« C’est une très grande satisfaction pour nous d’engager un projet aussi ambitieux pour le quartier mais aussi pour la ville car cela touche près d’un tiers de nos habitants, explique le maire de Vernouillet, Pascal Collado. Nous n’aurions pas pu le faire sans le soutien technique de GPSEO et le financement du département des Yvelines car nous n’avons pas de financement de l’État. Je remercie particulièrement le président Bédier pour son implication dans ce dossier. »

Concrètement, les grands axes du projet Le Parc Nouveau Visage sont de Désenclaver le quartier pour le rendre accessible à tous ; de renforcer l’attractivité économique dont la rénovation du pôle commercial ; de rénover le confort dans les logements ; de diversifier l’offre de logements ; de réaménager des espaces récréatifs ; de clarifier l’offre de stationnement ; et enfin d’assurer l’entretien des espaces plus ­efficace.

« Avec GPSEO, nous avons candidaté à l’appel à projets lancé par l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), précise Pascal Collado. Vernouillet a été retenue avec trois autres villes en France pour bénéficier d’un accompagnement d’ingénierie pour la valorisation des deux grands espaces verts. L’idée est que les habitants s’approprient ces espaces qui aujourd’hui séparent les deux parties du quartier. » Une première réunion vient d’avoir lieu et dans le courant de l’année qui vient, des ateliers seront montés avec la population pour qu’elle soit pleinement ­associée au projet.

37,1 millions d’euros d’investissement

Le coût total des opérations retenues au titre de cette convention particulière s’élève à 37 137 627 euros, financés à hauteur de 15 893 748 euros par le dispositif PRIOR-RU du Département des Yvelines sous forme de subventions versées aux partenaires qui investissent les montants suivants :
– GPSEO 6,3 M euros soit 17 %
– Ville de Vernouillet 5,3 M euros soit 14 %
– CDC Habitat 22,7 M euros soit 61 %
– Logirep 2,8 M euros soit 8 %

Chiffres-clés

37 M euros de budget global
2 482 habitants au sein du Parc
880 logements concernés
100 % des habitations réhabilitées et résidentialisées pour consommer moins d’énergie (baisse d’environ 32 %)
200 nouveaux logements pour privilégier la mixité sociale
21 260 m² d’espace public et de voirie réaménagés