Un livreur d’Amazon a déposé plainte suite à une agression subie le 10 mars dernier dans un hall d’immeuble, à Poissy, quartier Saint-Sébastien. Pris au piège par trois hommes, il a été dans l’obligation de leur fournir le colis qu’il transportait.

Alors qu’il livrait le colis dans une boite aux lettres, le livreur s’est retrouvé face à deux individus cagoulés et gantés, dont l’un d’eux était muni d’une batte de base-ball. Ce dernier est sorti de l’immeuble et s’est dirigé vers le véhicule du livreur, lui cassant le rétroviseur. Sous la menace, il a réclamé un colis « à mot de passe », appelé également « OTP ». Apeuré, le livreur lui a remis celui-ci. Même si la victime déclarait être dans l’incapacité de les reconnaître formellement, le responsable sécurité d’Amazon Val-d’Oise a indiqué que le terme « OTP » n’était connu que des salariés Amazon.

Les premières investigations des enquêteurs de Conflans-Sainte-Honorine ont permis d’établir qu’un salarié d’Amazon se trouvait sur les lieux au moment de l’agression. Celui-ci avait commandé deux téléphones portables Apple IPhone 13 en donnant une autre adresse de livraison que celle de son domicile. Deux autres hommes, âgés de 22 et 23 ans, ont été mis en cause pour l’utilisation des téléphones volés. Les recherches ont établi que ces trois individus se connaissaient très bien.

Le 27 septembre dernier, les trois individus ont été interpellés à leur domicile et des perquisitions ont été effectuées. Trois téléphones portables, 1 120 euros en numéraire, un cache-nez et un ordinateur MacBook pro ont été saisis au domicile du salarié d’Amazon.

Une batte de base-ball bleue, une bombe lacrymogène, un mortier non utilisé, de la résine de cannabis, 3 joints et une paire de gants noire ont également été saisis au domicile du deuxième individu à Poissy. C’est à Achères, chez le dernier complice, qu’un des deux IPhone 13 volés a été retrouvé.

Aucun d’entre eux n’a reconnu les faits. Les trois hommes mis en cause ont été présentés au Parquet, à fin de comparution immédiate. L’argent découvert ainsi que les téléphones et l’IPhone 13 ont été confisqués. Le salarié d’Amazon, accusé d’extorsion aggravée et de refus de remise à l’autorité judiciaire des identifiants téléphoniques, et l’un des deux complices, accusé de recel d’extorsion, d’usage illicite de stupéfiants et de détention d’artifice, ont été condamnés à 16 mois de prison dont six avec sursis. Le dernier, accusé de recel d’extorsion, a été condamné à 10 mois.