Le 31 octobre, à 15 h 15, rue des Garennes à Mantes-la-Jolie, les effectifs locaux ont procédé au contrôle d’un individu ayant commis un excès de vitesse. Les premières vérifications ont établi que l’homme de 25 ans faisait l’objet d’une suspension du permis de conduire. Les policiers l’ont emmené au commissariat. Dès lors, l’individu a repoussé, avec ses deux mains et de façon violente, une fonctionnaire et a pris la fuite en profitant de la présence d’un groupe ­d’individus qui s’était formé à la vue de l’intervention de police.

Sous une pluie de divers projectiles, les policiers ont renoncé à le poursuivre et un pavé est venu briser la lunette arrière de leur véhicule. Deux jours après, les enquêteurs l’ont interpellé à son domicile et l’ont placé en garde à vue. Lors de la perquisition, des chaussures, une casquette et un maillot de foot ont été saisis.

En audition, l’homme a reconnu les faits de violences sur la policière car il « n’avait pas le temps de suivre les policiers ». Autrement dit, il avait mieux à faire. Par ailleurs, il dit ignorer la situation concernant son permis de conduire en raison d’un séjour en prison pendant lequel il ne recevait pas son courrier. À l’issue de la garde à vue, il a été remis en liberté après avoir fait l’objet d’une convocation en vue d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité le 1er février 2023 et d’une convocation directe au tribunal de Versailles le 21 mars.