Le 19 octobre, à 17 h 50, deux individus ont été surpris par la BAC en plein rodéo urbain. Ils s’amusaient à effectuer des roues-arrières sur leurs motocross, au niveau de la rue Marie Laurencin à Mantes-la-Jolie. Une des patrouilles était héliportée et a permis de suivre leur progression depuis les airs. La patrouille aérienne a rapidement constaté que les deux hommes représentaient un réel danger pour les autres puisqu’ils sont passés à vive allure à proximité d’un parc pour enfants et en slalomant entre les passants sur les quais de Seine et les trottoirs. Les forces de police ont alors été engagées pour tenter de ­procéder à une interception.

À plusieurs reprises, les deux individus ont refusé d’obtempérer de façon délibérée. À cette occasion, l’un d’entre eux a pu être identifié par les effectifs se trouvant au sol et par celui se trouvant dans les airs, notamment grâce à la caméra de l’hélicoptère. Celui-ci, âgé de 18 ans, réside à Mantes-la-Jolie. Il fait l’objet d’une interdiction de piloter un deux-roues à la suite d’une affaire similaire remontant au mois d’avril de cette année et jugée en août. Ce jour-là, les motocross ont disparu au niveau du Val-Fourré et les recherches effectuées se sont avérées infructueuses.

Le 26 octobre, à 9 h 45, les policiers ont interpellé l’individu à son domicile. En audition, il a rejeté obstinément toute implication malgré les éléments à charge.

À l’issue de la mesure de garde à vue, il a été déféré au tribunal judiciaire de Versailles dans le cadre d’une comparution immédiate. Il a écopé de sept mois d’emprisonnement, dont deux mois pour révocation de sursis. Il a été laissé libre avec une convocation devant la juridiction de l’application des peines en vue d’un aménagement de peine.