Le jeudi 10 novembre, un homme de 48 ans, domicilié à Poissy, a été déféré devant le tribunal judiciaire de Versailles pour avoir frappé sa femme le 23 octobre dernier, en présence de leur enfant mineur. Les violences infligées n’ont pas entraîné d’ITT (Incapacité totale de travail). Depuis, l’homme avait été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d’entrer en contact avec sa compagne.

Devant l’assemblée, l’homme a demandé la levée de son contrôle judiciaire pour pouvoir revenir vivre aux côtés de sa compagne et de leur enfant en bas âge. « Je veux simplement reprendre ma vie normale », explique-t-il face aux magistrats.

Interrogée par la juge, sa femme a déclaré « vouloir que mon mari revienne à la maison ». Des propos en opposition avec la réquisition du procureur qui a refusé la demande de l’homme. Après avoir délibéré le verdict est tombé. Sa demande a été rejetée car jugée « trop prématurée » par les juges. Par ailleurs, il devra continuer de pointer au commissariat tous les mois mais également s’inscrire pour effectuer un stage de responsabilisation pour prévention et la lutte contre les violences au sein du couple et sexistes.