La ville de Chanteloup-les-Vignes axe son plan local de sobriété énergétique autour de six axes : « réduire les consommations d’éclairage sur la voirie et passer aux 100 % LED, améliorer la performance énergétique des bâtiments communaux, réguler le chauffage dans les équipements publics, soutenir le pouvoir d’achat des familles les plus fragiles grâce à des aides financières, impliquer les agents municipaux et les associations de la ville dans la démarche et poursuivre la végétalisation des espaces publics (notamment pour créer des îlots de fraîcheur) », selon un communiqué de presse de la Ville datant du 8 novembre.

« Les économies d’énergies et la sobriété énergétique, c’est un sujet qui est dans nos têtes depuis très longtemps et sous des formes différentes, confie Catherine Arenou, maire DVD de Chanteloup-les-Vignes. Nous avons travaillé sur l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments et sur la chaudière collective où il y a eu une cogénération depuis presque 10 ans. »

La collectivité réduit ses dépenses d’énergie en consommant mieux et en expliquant comment le faire. « Dans notre cité, 35 % vivent en dessous du seuil de pauvreté et ont de vraies difficultés à tenir leurs charges, explique-t-elle. Le gouvernement, et nous aussi, avons décidé, début septembre, de faire une action ciblée sur certains publics pour leur donner un chèque énergie ou pouvoir d’achat dans cette période où ils avaient à payer les augmentations de charges. »

Un travail avec les habitants a été effectué sur les économies d’eau et des conceptions économes de la vie du quotidien. « Ce problème devient aujourd’hui une évidence donc il faut passer à la vitesse supérieure, continue la maire. C’est ensemble, que nous allons pouvoir mettre en place une consommation plus intelligente et qui ne diminuera pas la qualité de vie mais qui permettra de penser au lendemain à défaut de penser à la planète. »

Pour 2023, la Ville attend une augmentation d’1,8 million d’euros supplémentaires « par rapport à un budget normal. C’est 10 % de notre budget, continue-t-elle. Nous avons travaillé sur la performance énergétique de nos bâtiments. Il faut aussi améliorer l’existant avec nos complexes sportifs qui sont des passoires thermiques ».

La réflexion s’est également portée sur la cité éducative avec le confort de vie des enfants mais aussi la lutte contre la chaleur en été. Les appels d’offres vont bientôt démarrer. « Nous cherchons à dépenser moins en hiver et mieux en été. Nous travaillons sur la fabrique d’une nouvelle source d’énergie dans nos bâtiments communaux, indique Catherine Arenou. Il y aura des panneaux photovoltaïques dans les nouveaux bâtiments en ­construction. »

L’adaptation des dépenses énergétiques se produit également par l’éclairage public. L’éclairage LED sur l’entièreté de la Ville, d’ici quatre ans, permettra de réduire la consommation mais aussi de diminuer l’intensité lumineuse en gardant le confort du piéton. « Je le répète, il est exclu d’interrompre l’éclairage public, s’exclame l’élue. Ce n’est ni sécurisant ni confortable. Baisser jusqu’au confort visuel qui permet de traverser la rue, en passant aux LED, permet de gagner 38 % en économie d’énergie. »

L’éclairage de Noël sera réduit à un mois avec des guirlandes LED moins consommatrices. « Nous ne pouvons pas vendre à la population que de la souffrance et des larmes, s’indigne l’édile. Cette année, la vie a été particulièrement compliquée, l’année prochaine ne sera pas géniale, il faut garder ce moment festif. »