Pendant la dernière campagne électorale, il avait juré la main sur le cœur que ceux qui prétendaient qu’il avait eu l’idée de se faire aménager une salle à manger et une salle de douche au-dessus de son bureau en mairie n’étaient que des mythomanes ne cherchant qu’à lui nuire. Seulement voilà, de retour à la tête de la Ville après une parenthèse de cinq mois, il semble bien que le maire remette au goût du jour ses envies de réaménagement de l’hôtel-de-ville bien que le bâtiment se transforme en frigo l’hiver et en sauna l’été. Et qu’il n’aurait pas renoncé à améliorer son quotidien. On peut se voir surnommer le Petit Chose par son désormais collaborateur et aimer les belles choses.

Des projets en ce sens sont dans les cartons mais les documents sont aussi bien gardés que le code nucléaire tant le sujet est explosif.

Surtout que dans le même temps, une liste non exhaustive de problèmes techniques touchant des bâtiments communaux ne cesse de s’allonger.

Rien n’est fait à l’école maternelle Mimosa. La chaufferie est truffée d’amiante mais rien n’est prévu car le chantier est jugé trop coûteux. À la maternelle les Roses, la chaudière au gaz se met régulièrement à l’arrêt à cause de soucis d’électricité. Quant aux archives du musée de l’Hôtel Dieu stockées sous la dalle du Val-Fourré, de gros risques d’inondation leur font courir des risques de dommages irréparables.

Mais du moment que le maire peut se restaurer dans de bonnes conditions et accueillir confortablement ses invités dans un futur proche, il serait mal venu que les Mantais se plaignent.