Se déplacer de manière agile et le plus rapidement possible en franchissant des obstacles, qu’ils soient urbains ou naturels, sans l’aide de matériel. Cette phrase résume parfaitement la discipline sportive du parkour, surnommée aussi art du déplacement, et qui est affiliée à la Fédération française de gymnastique. Selon Doriane Lecomte, responsable technique du club de gymnastique de Magnanville, ce sport permet notamment de prendre confiance en soi.

« Le parkour est une discipline sportive assez physique mais cela reste très ludique. On se fixe des objectifs et on essaye de les atteindre ce qui permet de gagner de la confiance en soi », déclare-t-elle en précisant que la section parkour du club de Magnanville s’entraîne à l’intérieur du gymnase du complexe sportif magnanvillois Firmin Riffaud ce qui permet de « moduler la taille des modules » en fonction notamment de l’âge des pratiquants. En octobre dernier, une journée porte ouverte avait notamment été organisée par le club aux adultes, adolescents et enfants à partir de huit ans.

« Je n’avais jamais fait de parkour [avant cette journée porte ouverte] mais c’est vraiment bien. Il y a une petite tourelle en pyramide qu’on doit escalader, il y a des sortes de donuts et on doit sauter dessus, de l’un à l’autre […]. J’aime bien les sauts. Parfois j’ai l’impression que c’est difficile mais, en fait, quand on le fait, on se rend compte que cela est plus facile qu’on pensait. Par exemple, les donuts, je pensais que c’était difficile comme exercice mais en fait non, ça va. C’est pareil pour la pyramide [à escalader]. Cela apprend à surmonter ses peurs », déclare Béla, 11 ans, qui envisage de pratiquer le parkour de manière régulière après la journée porte ouverte.

« Le parkour c’est une activité qui est riche. Il y a beaucoup de choses dans cette activité là et cela plaît vraiment aux pratiquants, explique la responsable technique du club de gymnastique de Magnanville. Tout ce qui est acrobatie, le côté ­freestyle, plaît également ­beaucoup. »

Selon Doriane Lecomte, sur les « 350 adhérents » du club de gymnastique de Magnanville en octobre 2022, « une trentaine [de membres] » étaient inscrits dans la section parkour. Cette dernière est divisée en trois catégories selon l’âge des pratiquants. La responsable technique du club de gymnastique magnanvillois espère en tout cas que ce nombre est voué à s’accroître dans les prochaines années.