Crédits : Ville de Carrières-sous-Poissy 

Le 8 janvier 2015, en matinée. Clarissa Jean-Philippe, une jeune Carriéroise de 26 ans et policière municipale à Montrouge (Hauts-de-Seine) est assassinée en pleine rue d’une balle dans le dos dans le cadre de l’exercice de ses fonctions par le terroriste Amedy Coulibaly. Ce dernier a également tué quatre personnes dans un hyper casher parisien le 9 janvier 2015 avant d’être abbatu par les forces de l’ordre. Huit ans après le meurtre de Clarissa Jean-Philippe, l’émotion est toujours aussi vive à Carrières-sous-Poissy. Lors d’une cérémonie commémorative organisée chaque année en ville depuis le décès de la jeune policière, la municipalité lui a rendu hommage en dévoilant et fleurissant une plaque en son honneur à proximité du monument aux morts en présence de la cousine de Clarissa Jean-Philippe, Suzanne Alcindor. Sur cette plaque, la mention ­« Victime du terrorisme » est ­inscrite.

« Dans la continuité de l’hommage qui était rendu à Clarissa devant le square qui porte son nom au sein du quartier des Bords-de-Seine où elle résidait, nous avons souhaité avec cette plaque installée au sein du cimetière de l’Arpent du Prieur que son nom puisse être vu et son souvenir perpétué bien au-delà de cette triste date du 8 janvier […]. Pour que son sacrifice ne soit pas honoré différemment que celui des autres enfants de notre ville, et qu’elle puisse être dans nos cœurs et nos esprits lors de la cérémonie nationale d’hommage aux victimes du terrorisme organisée à Carrières-sous-Poissy chaque 11 mars », déclare le maire, Eddie Aït (SE).

Durant l’hommage rendu à la policière municipale, l’édile a également insisté sur l’engagement de Clarissa Jean-Philippe à défendre les valeurs républicaines. « Jusqu’au jour même de son décès elle a été un exemple d’engagement et de défense des valeurs de la République, des valeurs souvent maltraitées ces derniers temps et pourtant si précieuses », explique Eddie Aït en faisant notamment référence aux différents attentats ayant eu lieu ces dernières années sur le territoire national. Face aux menaces terroristes, il a notamment tenu à remercier l’ensemble des forces de sécurité pour leur engagement à défendre la nation.

« À travers [l’hommage à Clarissa Jean-Philippe], c’est à l’ensemble des corps qui constituent notre sécurité et assurent le maintien de la paix que je souhaite rendre un hommage solennel […] : à nos policiers municipaux et nationaux, à nos gendarmes, à nos militaires, à nos sapeurs-pompiers », ajoute le maire carriérois. En 2016, Clarissa Jean-Philippe avait été élevée, à titre posthume, au rang de chevalier de la Légion d’honneur.