Pourquoi vous présentez-vous aux élections législatives ?

Dans un contexte qui est le nôtre, ce contexte franco-français, l’heure est grave pour le Mantois. On a besoin d’avoir une majorité parlementaire qui soit constructive, qui soit efficace. C’est dans ce contexte que j’ai décidé d’être candidat aux législatives. On se retrouve avec ce deuxième tour qui ne satisfait personne ou très peu. Je pense qu’il est important qu’il puisse y avoir à l’Assemblée nationale un vrai reflet de ce que sont les aspirations des Français.

Que proposez-vous pour ce territoire ?

Je veux faire partager les logiques de pragmatisme et de réalité que j’ai pu développer ici (à Mantes, Ndlr). Je veux pouvoir travailler avec une logique de gestion rigoureuse de l’argent public.

On a réussi à conjuguer une sécurité au quotidien avec une ville qui est beaucoup plus apaisée que ce qu’elle était il y a 25 ans et on le voit bien avec l’attractivité qui est de nouveau au rendez-vous sur la commune de Mantes et plus globalement sur le Mantois. Ce sont des grandes lignes que je souhaite appuyer pour pouvoir en faire profiter le plus grand nombre.

Concernant la mairie, que se passera-t-il si vous êtes élu ?

En tout état de cause, cela appartiendra au groupe majoritaire du conseil municipal de le décider. C’est toujours comme ça que les choses se font, en tout cas à Mantes.