Mardi 7 novembre à Bazemont, un maire plus que radieux a inauguré son premier « NRA – Med » au pied de l’église. Sous cette appellation barbare se cache un central dédié à l’ADSL (NRA, Ndlr), dont la plus grande proximité des foyers de Bazemont doit permettre dans quelques mois l’amélioration des débits, grâce à des lignes en cuivre plus courtes (Med pour « Montée en débit », Ndlr).

Au premier semestre 2018, comme dans 44 autres communes (soit 15 000 foyers, Ndlr), les abonnés auront de meilleurs débits sans rien avoir à faire chez eux. Le troisième plan de déploiement sera-t-il le bon ? Après moultes péripéties (voir ci-contre), il est désormais prévu que 100 % des foyers yvelinois bénéficient d’une connexion très haut débit par fibre optique d’ici fin 2020, y compris pour les 45 communes dont l’ADSL est en cours d’amélioration.

« Je pensais que ce serait OK ce soir », regrette momentanément Pascale en ce matin d’inauguration officielle. Bazincourtoise, cette journaliste, dont l’ADSL ne lui permet même pas d’envoyer rapidement une photo, attend de pied ferme une amélioration de sa connexion : « Je suis à 512 Kb/s. Pour regarder Netflix, c’est tout le monde en mode avion pour télécharger un épisode de série en 30 minutes… et pour le deuxième, tu as le temps de faire un rami ! »

Le maire Jean-Bernard Hetzel (SE), au pied des grosses armoires en métal qui constituent le NRA, confirme « l’impatience » de ses administrés.

Le maire Jean-Bernard Hetzel (SE), au pied des grosses armoires en métal qui constituent le NRA, confirme quelques minutes plus tard « l’impatience » de ses administrés. « C’est quelque chose de très important pour nous, fait remarquer l’édile de ce petit village niché sur deux coteaux, au débit moyen de 0,3 Mb/s. Le télétravail permet d’essayer de fixer plus de gens sur le territoire. »

« On est conscient de la place centrale qu’occupe le numérique, c’est un facteur d’attractivité exceptionnel », a plaidé mardi Karl Olive (DVD), vice-président chargé du numérique au conseil départemental. Du déploiement des « NRA – Med », un investissement de 8 millions d’euros pour le Département, il explique : « Nous ne pouvions pas dire à ces familles et à ces entreprises qu’elles devraient attendre trois longues années le très haut débit. »

Trois plans successifs pour déployer la fibre optique

En 2012, le conseil départemental des Yvelines, sous la présidence d’Alain Schmitz (LR), présente un premier plan public de déploiement du très haut débit par fibre optique. Celui-ci envisage un déploiement à 100 % d’ici à 2020, soit un investissement total de 158 millions d’euros. En 2014, revenu à la présidence, Pierre Bédier (LR) met le projet en pause.

Entre temps, l’Etat et les opérateurs privés ont conclu en 2013 des contrats définissant deux zones dans chaque département. L’une, plutôt urbaine et comprenant 590 000 foyers dans 104 communes, dite « AMII », est désormais réservée aux opérateurs privés. L’autre, ouverte à tous, comprend 110 000 prises pour 158 communes.

Elle est visée par le second plan de déploiement annoncé par le conseil départemental en 2016. Pour 110 millions d’euros au total, il prévoit le déploiement de la fibre optique d’ici fin 2020 pour 104 communes. Par contre, dans 54 communes, soit 23 000 foyers, il est envisagé une amélioration dès 2018 par la « montée en débit » de leur ADSL… mais pas de fibre optique avant 2023-2025.

Il y a quelques mois, le Département signe une convention avec l’opérateur privé TDF. Ce dernier investit 120 millions d’euros pour déployer d’ici fin 2020 la fibre optique dans les 158 communes de la zone publique. Ce troisième plan maintient cependant la « montée en débit » pour 45 communes, soit 15 000 foyers, qui bénéficieront donc d’un ADSL amélioré l’an prochain, et de la fibre optique avant 2021.


Mise à jour, 16 novembre 2017 :
la version papier de cet article comportait un encadré qui n’avait pas été intégré dans la version web, il y figure désormais.