« Je suis en train de couler. » Cette patronne d’une boutique de toilettage pour animaux, au centre d’Issou, est victime de cyber-harcèlement par l’intermédiaire de Google depuis bientôt un an et demi. Commentaires farfelus, horaires modifiés, boutique fermée, photos détournées sont son quotidien, comme celui de nombreux commerçants d’Issou et de Gargenville, depuis que le nom de sa commune est devenue une blague pour certains internautes. Ils souhaitent porter plainte.

En juin 2016, certains membres de la section « 18-25 ans » du forum du site internet jeuxvideo.com s’entichent d’une vidéo de Risitas, un acteur espagnol, où le mot « Issou », déformation de « Jesus », a une place proéminente. En juillet, ils commencent à s’attaquer à coup de canulars téléphoniques à la municipalité d’Issou. Celle-ci, croulant sous les appels improbables, ne rigole pas et dépose deux plaintes (la municipalité refuse de s’exprimer publiquement à ce sujet, Ndlr).

Selon nos informations, près de deux ans après, ces plaintes n’ont abouti à aucune condamnation, même si quelques-uns des plaisantins auraient été convoqués par la police. Malgré la transmission par la mairie aux forces de l’ordre de l’ensemble des canulars qui lui sont faits, les deux procédures ont été classées sans suite car la municipalité n’identifiait pas les appelants. Fort mécontents, les élus d’Issou ont lancé un recours pour contester le classement sans suite.

En octobre 2016, les jeunes farceurs du « 18-25 », non contents de s’en tenir à des appels téléphoniques, tentent de vandaliser systématiquement les informations relatives à la commune sur internet. Si l’encyclopédie en ligne Wikipedia résiste aux attaques, ce n’est pas le cas des différentes sections de Google, en particulier Google maps, au sein duquel ils détournent les données via l’outil participatif Google map maker (fermé en mars 2017, et intégré directement au sein de Google maps, Ndlr).

Les détournements cartographique n’ont pas cessé, malgré la modération désormais mise en place par jeuxvideo.com sur tous les sujets relatifs à la commune d’Issou, systématiquement supprimés.

Tout y passe : noms, photos, descriptions, commentaires d’établissements commerciaux comme publics jusqu’à des particuliers, sans oublier les noms de rue rebaptisés pour l’occasion, à Issou, comme Gargenville ou Juziers. Les internautes se coordonnent alors sur le forum jeuxvideo.com, dont la maison-mère Webedia tarde à sévir pour supprimer les sujets appelant à ce saccage de l’ère numérique. La Gazette en Yvelines révèle ce vandalisme de grande ampleur quelques jours après.

A l’époque, certains commerçants se montrent plutôt amusés, mais d’autres s’en agacent. Seize mois plus tard, l’affaire ne fait plus rire personne à Issou. Les détournements cartographiques n’ont pas cessé, malgré la stricte modération désormais mise en place par jeuxvideo.com sur tous les sujets relatifs à la commune d’Issou, systématiquement supprimés. Les appels à l’hôtel de ville, qui n’ont pas cessé mais se sont beaucoup réduits aujourd’hui, faisaient perdre leur temps aux fonctionnaires municipaux.

Pour certains commerçants, les conséquences de ces farces sont bien plus graves. Sur la place du Marché, Cécile Vallon avait 20 ans quand elle a ouvert, il y a sept ans, sa boutique de toilettage pour chiens et chats, une activité ayant un caractère saisonnier. « Cet été, ils ont mis sur Google ”fermé définitivement”, je l’ai vu fin août, rapporte-t-elle du pire des canulars l’ayant touchée. Je fais un hiver qui devrait être blindé, mais je n’ai eu aucun nouveau chiot. »

Elle décide alors de réagir : « Je n’étais pas touchée, je ne savais pas que les autres l’étaient, mais les autres commerçants avec qui j’étais en contact m’ont dit qu’ils étaient aussi concernés. » La jeune patronne découvre que de nombreux particuliers sont également visés. « Ils voient une piscine chez quelqu’un, ils mettent ”piscine municipale d’Issou”, alors les gens appellent, témoigne-t-elle. Des particuliers et la maternelle ont été transformés en restaurants. »

Par ailleurs, les informations et commentaires de Google sont favorisés par le moteur de recherche, et apparaissent donc en premier pour les internautes. « Si les gens recherchent une coiffeuse à domicile, avec ce genre de commentaires et de photos, ça ne met pas en valeur, explique Laetitia Loubières, coiffeuse à domicile à Gargenville depuis 10 ans. On risque de perdre de la clientèle parce que les gens pensent qu’on n’est pas sérieux. »

La toiletteuse d’Issou envisage de solliciter directement Google, incapable de gérer ce vandalisme, afin que la société rétablisse une situation normale.

Aujourd’hui, avec Cécile Vallon et quelques autres, elles ont réuni, à Issou et Gargenville, plusieurs dizaines de signatures de commerces, mais aussi d’écoles, dans le cadre d’une plainte collective qu’elles veulent envoyer au procureur de la République. La toiletteuse d’Issou envisage par ailleurs de solliciter directement Google, incapable de gérer ce vandalisme, afin que la société rétablisse une situation normale (Google France n’a pas répondu à la sollicitation de La Gazette, Ndlr).

Cette plainte sera la quatrième dirigée contre ce cyber-harcèlement d’un genre nouveau, la mairie de Gargenville ayant déposé une plainte en 2017. « On avait été alerté par la mairie d’Issou, […] on avait remarqué la même situation sur Gargenville », indique l’édile gargenvillois, Jean Lemaire (UDI). « Ca a plutôt tendance à se stabiliser, remarque le premier magistrat. On reste vigilant […] car on ne sait jamais ce qui peut arriver avec les réseaux sociaux. »

Les internautes farceurs du « 18-25 » ne pouvant plus se coordonner sur jeuxvideo.com, la faute à une modération désormais stricte, ils s’organisent depuis maintenant plusieurs mois par d’autres canaux comme Facebook. Webedia, qui possède jeuxvideo.com, ne cache pas sa gène. « Ils s’en sont beaucoup amusés et n’avaient pas conscience des problématiques que ça engendrait, et nous non plus, pour être tout à fait clair », reconnaît Cédric Page, directeur général gaming de Webedia.

Le « 18-25 » est souvent décrit comme le « Reddit français » pour sa communauté potache, mais parfois engluée, ces dernières années, dans des affaires de harcèlement en ligne, notamment de militantes féministes. « 99 % de gens qui sont sur le forum 18-25 sont des jeunes qui s’expriment sur tous les sujets » avec « beaucoup plus d’initiatives positives que négatives », avance le directeur général de Webedia.

« Mais il est vrai que c’est aussi une communauté extrêmement active, et ils peuvent avoir des comportements qui, parfois, les dépassent », nuance-t-il. Concernant la « toute petite minorité » s’attaquant encore à Issou, « on apporte notre soutien à tous ces commerçants », assure Cédric Page : « Si jamais une action en justice est menée, nous aiderons les autorités. » Il estime cependant qu’un message de Webedia publié sur le « 18-25 », demandant à cesser ces agissements, serait « contre-productif », car « ils verraient ça comme un défi à relever ».