« Plus de 20 concerts sur trois scènes dont deux en accès libre. » Voici ce que prévoit le festival musical annuel Eole Factory pour sa troisième édition, qui aura lieu du 10 au 12 septembre prochain au niveau de l’île Aumone. Le 29 mars, le site internet de l’événement, eolefactoryfestival.com, dévoilait les cinq premiers artistes de sa programmation. Les horaires ne sont, quant à eux, toujours pas connus.

Vendredi 10 septembre, Kassav’, le groupe de zouk créé en 1979 mélangeant funk et rock et surnommé « les Rolling stones des Antilles » par le musicien Eduardo Paim, sera sur scène. Comme le relatait La Gazette dans son édition du 9 septembre, le groupe avait été contraint l’année dernière de reporter son concert en raison du protocole sanitaire qui ne permettait pas de proposer des places « uniquement assis[es] et d’en limiter l’accès […] à un nombre restreint de personnes ». Le 16 mai 2009, pour ses 30 ans, Kassav’ avait notamment rempli un stade de France en tant que tête d’affiche de la nuit créole. Selon Le Monde, « dix jours avant cette soirée, 60 000 tickets [étaient] déjà vendus sur les 65 000 que le stade peut accueillir au vue de la configuration scénique ­choisie ».

Kassav’ ne sera néanmoins pas l’unique artiste prévu le 10 septembre au festival Eole Factory. La saxophoniste et compositrice Sophie Alour, sera également présente. Outre ses sept albums à son nom, l’artiste collabore également avec d’autres talents de la musique comme, par exemple, Rhoda Scott qui met à l’honneur les femmes dans le jazz. Dans son album Joy, Sophie Alour se libère néanmoins des conventions de ce genre musical en s’associant avec l’oudiste et vocaliste Mohamed Abozekry.

Le lendemain, le jazz sera sur le devant de la scène avec la venue du groupe féminin de jazz Rhoda Scott Ladies all stars. En s’entourant de brillantes jazzwomen, l’organiste Rhoda Scott met ainsi un point d’honneur à valoriser le talent des femmes dans cet univers musical. Avec plus de 120 concerts à leur actif, Rhoda Scott Ladies all stars s’est notamment produit à la cité de la musique philarmonie de Paris.

Dimanche 12 septembre, la compositrice, arrangeuse, jazzwoman et rare femme d’orchestre de jazz, Carine Bonnefoy, invitera sur scène la saxophoniste et victoire du jazz en 2020, Géraldine Laurent. Dans ce duo tandis que cette dernière jouera de son instrument de prédilection, Carine Bonnefoy sera, quant à elle, au piano. Ensemble, elles « bannir[ont] définitivement les frontières entre jazz et musiques classiques ».

Ce même jour, Carine Bonnefoy et Géraldine Laurent partageront la scène avec le groupe Debout sur le zinc. Tango, jazz et musiques du monde seront au programme. La sortie de leur prochain album est d’ailleurs prévue en septembre prochain. Dans L’importance de l’hiver, l’un des single de l’album, le groupe indique sur sa page Facebook qu’il fait référence à « la remise en question des certitudes intimes, des évidences qui n’en sont plus […] comme si l’on suivait le parcours d’un flocon depuis sa création jusqu’à sa fonte, sur une main gantée de laine ».

Crédits photo : Xavier Dollin