Situé au Nord de la commune, sur d’anciennes friches industrielles, le futur écoquartier Rouget-de-Lisle s’éveille. Alors que les programmes de logements continuent de se lancer, la Ville invite ses habitants à imaginer le futur parc central de 1,7 hectare de la zone d’aménagement concertée (Zac). Du nom de ce dernier au mobilier qui y sera installé, une application web permet aux Pisciacais de formuler leurs préférences jusqu’au 1er juin prochain.

Construit au cœur des 2 000 nouveaux logements, 6 000 m2 de locaux d’activités et 4 600 m2 de commerces qui constituera, à terme en 2035, la Zac Rouget-de-Lisle, le parc paysager se veut être pour la Ville, « le poumon vert » du quartier. « Au total, 700 arbres vont être plantés sur 7 000 m² de prairie pour végétaliser le site », précise d’ailleurs le maire, Karl Olive (DVD).

Au total la réalisation du parc, toutes phases comprises, est évaluée à 90 millions d’euros. Le projet d’écoquartier est d’ailleurs subventionné par le Département à hauteur de six millions d’euros dans le cadre de la convention Prior’Yvelines.

À travers le site internet, Corehab, développé par l’aménageur Citallios, l’édile explique vouloir « créer un parc à l’image du quartier et l’imaginer avec et pour tous les Pisciacais ». En premier lieu, c’est donc le nom du futur parc, situé entre le boulevard de l’Europe et la rue Saint-Sébastien, qui est soumis au vote. En mémoire des commémorations, véritable fil rouge du quartier, sont proposés : parc Rouget-de-Lisle, parc Jean Moulin, parc de La Marseillaise ou encore parc de la Renaissance.

De même, plusieurs rubriques permettent de choisir le mobilier qui sera installé dans les différents secteurs du parc. « Du mobilier sportif est prévu dans votre nouveau parc. Nous souhaitons que celui-ci soit au plus proche de vos pratiques sportives », peut-on lire dans la rubrique Agrès sportifs. Dans celle-ci, les riverains ont le choix entre des installations de fitness comme du vélo elliptique, du rameur, et du matériel de musculation de plein air, ou bien « un peu des deux ».

D’une superficie de 1,7 hectare, le parc central du quartier Rouget-de-Lisle se situe à l’intersection des secteurs 2,3,4 et 5.

Le projet prévoit également d’implanter des espaces « détente » où transats, bancs et tables de pique-nique pourront être installés. Alors que le parc sera traversé par une voie piétons-cyclistes, la promenade Edmond-Michelet inaugurée en janvier dernier, la Ville propose également de mettre à disposition un stand de ­réparation de vélo.

« [Ce parc] c’est aussi la promotion de la mobilité sous toutes ses formes : la mobilité douce avec cette coulée traversante, mais aussi l’incitation aux activités de plein air, accessibles à tous, sans voiture et au calme, en toute sécurité », assure de son côté Lydie Grimaud, l’adjointe déléguée à l’environnement, au développement durable et à la transition écologique, dans le journal municipal dédié à la ­présentation du projet.

Une rubrique est d’ailleurs spécialement dédiée aux « plateaux » qui seront aménagés le long de la promenade Edmond-Michelet. Parmi les propositions, on retrouve une nouvelle fois des espaces de repos et des agrès sportifs, mais aussi « des espaces libres pour la pratique de sport en groupe, zumba, gym, yoga, tango… ». L’installation de jeux d’échecs et de jeux de dames ainsi qu’un espace d’exposition sont également ­proposés.

Dans son calendrier prévisionnel, la Ville indique que les ­travaux de la phase 2 du quartier se poursuivront « jusqu’en 2024 avec l’aménagement du premier secteur du parc ». Ceux-ci prévoient notamment l’installation de la plus petite des deux aires de jeux pour enfants, imaginée dans le projet. À nouveau, la question du type de jeux est soumise aux envies des Pisciacais. Toboggan, balançoire, tourniquet, trampoline, jeux à ressorts ou parcours d’escalade, les possibilités sont nombreuses. Au-delà de la consultation, des rubriques explicatives, comprenant des vidéos, s’attardent également sur les aspects de la protection du vivant, de l’éclairage du parc ainsi que le traitement des eaux.

Crédits plan de quartier : CAPTURE D’ÉCRAN / COREHAB CITALLIOS