« Ce plan d’action est consécutif à l’attentat [contre] Samuel Paty en octobre dernier. » C’est ainsi que l’édile conflanais, Laurent Brosse (DVD), introduit, le 21 mai, en conférence de presse, la présentation du plan d’action lancé par la Ville pour la jeunesse et la citoyenneté. L’enseignant d’histoire-géographie au collège du bois d’Aulne, Samuel Paty, ayant été décapité le 16 octobre dernier suite à un cours donné sur les caricatures religieuses, la Ville souhaite donc, entre autres, expliquer aux jeunes le rôle de la caricature dans la presse et ­instaurer des ­événements ­inter-­religieux.

Pour cette dernière action résultant de la rencontre avec des représentants religieux de la communauté chrétienne, musulmane et juive, la Ville indique s’être inspirée des initiatives menées dans d’autres communes dont celle des Mureaux. « L’idée pour eux (les représentants religieux, Ndlr) c’était de dire que les gens, la population globalement, les jeunes en particulier, ne connaissent pas bien les religions des autres et cela a tendance à conduire à certains clichés qui résultent d’une méconnaissance de la religion de l’autre », indique le maire, Laurent Brosse (DVD).

Ces rencontres inter-religieuses seraient organisées sous la forme d’un événement annuel, dans un lieu neutre, « où on va se rencontrer, échanger, éventuellement débattre sur ces questions religieuses ». Quant à l’explication de la caricature dans la presse, l’édile envisage de créer notamment des événements à la médiathèque. « L’idée c’est de faire comprendre que la caricature a toujours existé, elle fait partie de l’histoire de la presse et donc ne pas la voir aussi comme un outil de communication à diaboliser forcément », précise la Ville de cette ­initiative.

L’équipe municipale souhaite également développer des ateliers permettant aux jeunes d’apprendre à reconnaître la véracité d’une information tout en sensibilisant, par le biais de conférences, les parents aux risques d’internet chez les enfants et notamment dans la diffusion de fausses informations. Des actions de parrainage des jeunes en recherche d’emploi sont également souhaitées par la Ville. « Les comportements qu’on va qualifier de « déviants » cela vient aussi souvent des personnes qui sont en situation sociale ou professionnelle précaire, d’où cette idée de travailler sur l’insertion professionnelle des jeunes », explique Laurent Brosse.