Inoccupé depuis plus de dix ans, l’ancien centre des impôts, situé boulevard Clémenceau, est actuellement en travaux. Alors qu’en 2018, plusieurs pistes étaient évoquées pour le réhabiliter, comme le déménagement du consulat du Maroc (actuellement à Cergy-Pontoise (Val-d’Oise), Ndlr), des logements sportifs ou sa démolition, il devrait selon des informations de Mantes actu, confirmées par l’actuel maître d’oeuvre du chantier, Arnaud Dalbis, propriétaire du centre médico-social du Lac, accueillir les services du Département, notamment la Protection maternelle infantile (PMI), à partir de la rentrée ­prochaine.

« Ce bâtiment, personne ne savait quoi en faire, il y avait un peu de tout et n’importe quoi », se rappelle Arnaud Dalbis des propositions faites depuis que le bâtiment de 4 000 m² avait été racheté en 2014 par l’ancienne communauté d’agglomération Mantes-en-Yvelines (puis fusionnée au 1er janvier 2016 au sein de la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO), Ndlr) pour 1,5 million d’euros.

« Le Département tenait à ce que ce soit un petit peu haut de gamme parce que ça va donner le ton pour toute la partie rénovation urbaine du Val Fourré », assure Arnaud Dalbis.

Arnaud Dalbis a ensuite racheté le bâtiment « il y a un an et demi » à la communauté urbaine. « Les travaux de démolition, désamiantage ont duré d’août à novembre [2020] et les travaux véridiques, les vrais travaux ont pu démarrer […] en janvier, donc janvier, février, mars, avril, mai, on a cinq mois de travaux et c’est un challenge, insiste-t-il. C’est un chantier qui devait être mené tambour battant puisqu’il devait être livré pour la rentrée du mois de septembre. » Le coût total des opérations est estimé à « plus de dix millions d’euros ».

Parmi les services qui s’implanteront, se trouvent le territoire d’action départementale Seine aval, le secteur d’action sociale de Mantes-la-Jolie et la PMI, dont les locaux se trouvent actuellement au centre médico-social du Lac. « Les usagers […] vont avoir un seul endroit où aller et ça va vraiment faciliter les choses », poursuit Arnaud Dalbis, ces services étant actuellement situés dans des endroits différents. Après la dépose de la passerelle mi-mai, ce chantier marque une nouvelle étape dans la réhabilitation du quartier du Val Fourré. « Le Département tenait à ce que ce soit un petit peu haut de gamme parce que ça va donner le ton pour toute la partie rénovation urbaine du Val Fourré », assure Arnaud Dalbis.