Le couperet est tombé pour la station d’épuration Seine-aval, plus grande d’Europe, située sur les communes d’Achères, Saint-­Germain-en-Laye et Maisons-­Laffitte.

Le 1er juillet dernier, le ministère de la transition écologique a placé l’installation gérée par le Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne (Siaap) en « vigilance renforcée », avec 13 autres sites industriels faisant l’objet « d’incidents réguliers ou de non-conformités récurrentes », indique le ­communiqué de presse.

Le ministère demande ainsi au Siaap « d’élaborer et de lui remettre un plan de mise en conformité », qui devra être mis en œuvre « d’ici le 31 décembre 2022 ». Le 3 juillet 2019, l’unité de clarifloculation avait été ravagée par un incendie d’origine électrique. Début mars, lors d’une réunion du comité de suivi, l’audit de sécurité attribuait une note de 1,5 sur 5, rapportait Le Parisien. Parmi les mesures présentées au ministère par le Siaap se trouvent « la mise en place de la détection incendie dans les locaux sensibles », « réfection du cloisonnement » ou encore la « mise en place d’une entité indépendante de l’exploitation et ­garante de la sécurité des ­procédés ».