L’avenir de l’ancienne bourse d’affrètement se précise. Le 21 octobre, le propriétaire du lieu, Voies navigables de France (VNF), a annoncé que les travaux de réhabilitation du bâtiment démarreront en novembre pour environ deux ans. ­Désaffecté ­depuis l’an 2000 avant d’accueillir les réfugiés tibétains de l’association de la Pierre blanche de 2016 à mars 2021, le lieu deviendra, après ces travaux, le siège de l’unité territoriale de VNF où travaillera une trentaine de personnes. Le chantier ne modifiera pas fondamentalement la façade inspirée de l’architecture Le Corbusier. L’intérieur de l’ancienne bourse d’affrètement sera remanié pour conserver la hauteur sous plafond.

« On va maintenir cette hauteur sous plafond mais on va créer une mezzanine sur laquelle on va installer des bureaux », explique le directeur adjoint du bassin de la Seine VNF, François Landais, qui veut aussi aménager le jardin et créer une nouvelle ouverture, rue de Maurecourt, « pour favoriser les circulations ». Le coût total qui représente « 774 m² de surface […] à réhabiliter » est estimé à 2,5 millions d’euros et est financé à hauteur de 292 000 euros par la Mission ­patrimoine confiée à Stéphane Bern.