Près de trois ans après l’effondrement, avenue des Ursulines, du mur d’enceinte de la maison centrale pisciacaise, une date a finalement été fixée pour le démarrage des travaux. La Ville a fait paraître, le 16 mars dernier, un arrêté en vue de l’installation de la base de vie des ouvriers de la société Spie Batignolles qui conduira les travaux de reconstruction du mur. Le chantier devrait s’étaler sur huit mois entre le « 6 avril et le 9 décembre » prochains. Si ces délais sont respectés, les travaux débuteront ainsi avec près d’un an de retard.

Dans le cadre de son appel à maîtrise d’œuvre, publié en mai 2020, la direction inter-régionale des services pénitentiaires (DISP) de Paris espérait en effet lancer le chantier, estimé à 1,6 million d’euros HT, en février 2021. Souhaitant toujours son déménagement, l’édile, Karl Olive (DVD), avait, il y a quelques semaines, proposé au ministre de la justice, Eric Dupond-Moretti, plusieurs sites situés en périphérie de la ville pouvant accueillir ­l’établissement ­pénitentiaire.