Beaucoup d’applaudissements ce samedi 21 mai lors de l’installation du nouveau conseil municipal et de l’élection, sans surprise puisqu’il était le seul candidat, de Raphaël Cognet (DVD) en tant que maire, suite à sa victoire au premier tour lors du scrutin du 15 mai dernier. Dans le gymnase Dantan, il a fait part de sa volonté de « rassembler », après cette période électorale ­intense.

En préambule de ce conseil municipal, Jean-Luc Santini (LR), chef de file du groupe d’opposition Mantes unie pour l’avenir a tenu à remercier les 2 899 Mantais qui ont accordé leurs voix à sa liste. « Nous remercions aussi l’ensemble des services municipaux qui ont organisé ce scrutin, mais aussi qui ont oeuvré à maintenir les services aux Mantais, voire à les améliorer depuis le début de l’année, a-t-il poursuivi. Lors de ce conseil municipal nous ne participerons pas aux votes ni pour l’élection municipale du maire, ni à celle des adjoints et des adjointes, nous resterons au sein de cette assemblée une ­opposition ­constructive mais ­vigilante. »

Suite à son élection, Raphaël Cognet a rappelé « le chantier colossal » qui attend les élus, majorité comme opposition : « Je m’engage évidemment à respecter et à être le maire de ceux qui n’ont pas voté pour moi, il y en a, et une fois qu’on est ici, nous sommes les élus de tout le monde et cette responsabilité nous honore et nous oblige aussi. […] Il nous appartient collectivement de rassembler tout le monde. » Il a également plaidé pour le droit à l’erreur. « Les élus peuvent aussi faire des erreurs, je peux en faire, j’en ai sans doute fait, j’en ferai aussi sans doute d’autres, […] aucun élu n’a la science infuse, aucun élu ne peut prétendre avoir raison tout le temps, pointe-t-il. Quand elles arriveront, et elles arriveront, […] je demande aux Mantais de l’indulgence quand nous ferons des erreurs ce n’est jamais pour nuire à Mantes-la-Jolie, mais c’est parce que nous aurons pensé à ce moment-là prendre les meilleures décisions. »

De retour dans les rangs de l’opposition après l’avoir quitté en 2014, Guillaume Quévarec (EELV) s’est dit « fier et conscient de la responsabilité que m’ont confié les Mantais ». Arrivé en 3e position lors du scrutin du 15 mai, il relève publiquement de la campagne qui vient de s’achever : « Durant cette campagne nous avons rencontré de très nombreux habitants, sympathisants de gauche, qui nous ont dit qu’ils étaient plutôt en phase avec nos propositions, mais qu’ils préféraient voter pour une autre liste, celle de monsieur Cognet et que leur priorité était surtout de mettre fin au système en place. » Il a enjoint le maire à lancer rapidement l’audit sur la situation financière de la Ville et « l’arrêt de la bétonisation ».

Quelle représentation pour Mantes dans l’exécutif de la communauté urbaine ?

Ce jeudi 19 mai, Raphaël Cognet (DVD) a également fait son retour au sein du conseil communautaire de Grand Paris Seine et Oise, avec dix autres de ses colistiers (Jean-Luc Santini et Carole Philippe siégeant pour la liste Mantes unie, Ndlr). Alors que les postes de vice-président et de conseiller délégué seront laissés vacants jusqu’au prochain conseil communautaire le 30 juin, l’édile mantais a clairement affiché son souhait de voir la Ville représentée dans l’exécutif.

« Comme je ne compte pas m’excuser d’avoir été élu, je compte aussi que la Ville de Mantes voie tous les engagements qui ont été pris par la communauté urbaine avant et pendant la période dans laquelle j’ai démissionné [tenus], et je n’ai aucun doute sur le fait que ce soit le cas, et qu’elle soit représentée à sa juste proportion à l’exécutif comme ça a toujours été le cas puisque nous avons un pacte communautaire », a-t-il ainsi souligné.

Siégeant pour l’instant dans les non-inscrits, il s’est dit prêt à rejoindre le groupe majoritaire Agir pour GPSEO, « si ces conditions sont réunies ». Reste désormais à savoir quelle sera la position de la présidente de GPSEO, Cécile Zammit-Popescu (DVD), sa réponse ayant été assez tranchante : « Mantes a bien sûr toute sa place dans l’exécutif, pour moi ce n’est pas un sujet, mais tu n’es pas le seul à revenir du séjour des morts Raphaël. »