« Un double symbole. » Depuis quelques mois, face au péage de Buchelay, à l’entrée de la zone d’activités Mantes Innovaparc, le Parc Spirit du Mantois de 20 000 m² est en construction, par le promoteur Spirit entreprises. Ce lundi 27 juin, lors d’une présentation de la première phase du chantier, Ville, communauté urbaine et l’Etablissement public d’aménagement du Mantois Seine aval (Epamsa), ont insisté sur la nécessité d’accueillir des activités qualitatives et créatrices d’emplois dans ce quartier qualifié de « poumon économique » du Mantois, par la présidente de la communauté urbaine, Cécile Zammit-Popescu (DVD).

Les trois futurs bâtiments accueilleront ainsi des PME-PMI, « des entreprises qui sont dans le e-commerce, la menuiserie, une entreprise qui est dans les ampoules basses consommation, entreprises dans le BTP, tout ce qui est second œuvre », souligne Guillaume Borjeix, directeur du développement pour Spirit entreprises. La livraison est attendue pour la fin de l’année 2022. À terme, « une trentaine d’entreprises » seront accueillies sur le site et créeront « 420 à 450 emplois », se satisfait le maire de Buchelay (SE), Paul Martinez.

La livraison est attendue pour la fin de l’année 2022. À terme, « une trentaine d’entreprises » seront accueillies sur le site et créeront « 420 à 450 emplois », se satisfait le maire de Buchelay (SE), Paul Martinez.

Président du Département et de l’Epamsa, Pierre Bédier (LR) a rappelé que le site était en veille foncière depuis 20 ans. « Nous avons tenu, préservé, réservé ce site durant presque 20 ans, parce que nous voulions qu’il y ait justement à la fois des produits avec une certaine qualité architecturale et bien entendu et surtout […] des implantations qui favorisent de l’emploi », insiste-t-il des velléités d’installation d’entreprises de logistiques « qui installent sur des km² de grands hangars avec personne pour travailler dedans ».

Pierre Bédier a également loué « le geste architectural », consenti par le promoteur immobilier. « Vous avez une opération dont les bâtiments vont faire la périphérie du foncier, pour venir en fait toujours présenter une façade très noble, souligne Guillaume Borjeix. La partie bureaux va toujours être visible depuis les axes et on va avoir sur la partie intérieure, la partie plus logistique, plus fonctionnelle des bâtiments. » Au sein du Parc Spirit, la répartition des activités est d’environ « 40 % d’activités de bureaux et 60 % d’activités autres », précise Guillaume Borjeix.

Crédits photo une : AGENCE ANNE CARCELEN