Dans le bureau du maire de l’hôtel de ville de Poissy, le locataire des lieux griffonne songeur sur sa feuille. Sur son bout de papier, Karl Olive (Ensemble) aligne, rature et relit les mots de son discours. Bien que l’exercice soit loin d’effrayer l’ancien journaliste sportif devenu maire de sa commune en 2014, c’est avec une certaine émotion que l’édile sélectionne ses fameuses citations pour construire le dernier discours de son mandat.

Élu député de la 12e circonscription des Yvelines le 19 juin dernier, Karl Olive a remis sa démission au conseil municipal pisciacais qui a élu à sa place, dimanche 3 juillet, la première adjointe, Sandrine Dos Santos (LR). Elle est la première femme à occuper cette fonction dans la cité Saint-Louis.

Comme pour le jubilé à domicile d’un joueur de foot, Karl Olive n’a rien laissé au hasard pour sa dernière. La cérémonie de passation a débuté par la séance du conseil municipal rediffusée sur un écran géant installé sur le parvis de l’hôtel de ville. Annoncé à son entrée, le nouveau député s’avance une dernière fois vers son siège de président de séance sous les ­acclamations du public et des élus debouts.

Avec 36 voix récoltées sur les 39 possibles, c’est la première adjointe et seule candidate, Sandrine Dos Santos (LR), qui a été plébiscitée pour reprendre le poste de maire.

« Ce départ de la mairie de Poissy est à la fois terriblement douloureux et formidablement réjouissant », confie Karl Olive, contraint à quitter son siège par la loi sur le non-cumul des mandats. Le désormais ex-maire, a rappelé tout l’amour qu’il porte pour sa commune qu’il considère comme sa « première passion ». Alors qu’il aurait pu ­continuer de siéger, en tant que simple conseiller municipal, le député Ensemble a pourtant choisi de laisser sa place.

« Il n’est pas question d’avoir deux maires dans cette Ville, explique le très médiatique Karl Olive. Je pars avec le sentiment d’avoir posé, avec notre majorité municipale […] les bons rails de notre Ville. D’avoir permis à Poissy d’entamer sa mue, de se transformer, de se moderniser pour répondre aux nombreux défis qui se présenteront devant nous. »

Avec 36 voix récoltées sur les 39 possibles, c’est la première adjointe et seule candidate, Sandrine Dos Santos, qui a été plébiscitée pour reprendre les rênes. « Il n’est jamais facile de passer après Karl, s’amuse, en reprenant le micro, celle qui était en charge de l’urbanisme et des deniers communaux lors des huit dernières années. C’est une responsabilité qui m’honore et qui m’engage […] c’est avec beaucoup d’émotion, mais aussi en conscience, que je reprends aujourd’hui le flambeau d’une Ville saine, fleurissant et dynamique grâce à l’investissement d’une équipe municipale engagée pour les Pisciacais. » Suite au remaniement de la majorité municipale, le poste de première adjointe a été attribué à Karine Conte.

Dans un protocole réglé comme du papier à musique, Sandrine Dos Santos et Karl Olive ont descendu ensemble les escaliers de la mairie et passé une haie d’honneur formée par des enfants pour rejoindre le pupitre extérieur.

Une fois l’ordre du jour épuisé, l’ensemble des élus et du public présent dans la salle du conseil ont rejoint la foule amassée sur le parvis de la mairie. Et forcément le départ du maire pour le palais Bourbon est dans toutes les bouches.

« Je ne retiens que du positif de son passage, c’est quelqu’un qui s’est beaucoup investi pour la Ville », assure Chantal, une retraitée du centre-ville. Dans les hauteurs de la commune, on loue les qualités humaines du sortant. « Il fera un bon député car il est toujours resté accessible, toujours à l’écoute quand on le croisait », note Mehdi.

Dans un protocole réglé comme du papier à musique, Sandrine Dos Santos et Karl Olive ont descendu ensemble les escaliers de la mairie et passé une haie d’honneur formée par des enfants pour rejoindre le pupitre extérieur. Après avoir chacun repris leurs discours pour les habitants, l’ancien maire s’est vu remettre les clés ainsi que la médaille de la Ville.