Seules 60 000 voix séparaient dimanche soir les listes d’union de la droite et de la gauche, pour ce second tour des élections régionales en Île-de-France. Et c’est la liste d’union de la droite, menée par l’Yvelinoise Valérie Pécresse (LR), qui l’a finalement emporté. Le FN perd de son côté presque 60 000 suffrages par rapport au premier tour.« C’était serré, nous sommes très contents que les Franciliens aient choisi le changement, se réjouit le porte-parole de Valérie Pécresse, Othman Nasrou. La fin de campagne a été extrêmement dure, et à titre personnel, je n’oublie pas les choses indignes qui ont été dites (par Claude Bartolone, tête de liste de la gauche, sur Valérie Pécresse, Ndlr). »

A gauche, forcément, le résultat est plus dur à avaler. « Le phénomène déterminant qui explique le scrutin est le report massif des électeurs FN vers Valérie Pécresse au second tour, analyse le muriautin et encore président du groupe écologiste au conseil régional, Mounir Satouri. C’est un nouveau type de vote utile dans l’histoire de la République. » Sandrine Grandgambe, tête de liste socialiste dans les Yvelines, fait un examen similaire et s’inquiète pour la suite. « Valérie Pécresse a fait une campagne positionnée très à droite, affirme-t-elle. Nous verrons par ses décisions si elle est prisonnière de cette extrême-droite ou si elle s’en émancipe, ce que je souhaite. »

Largement perdant de cette élection francilienne, le FN ne s’attendait pas forcément à une telle mobilisation, avec 10 points de participation en plus au second tour et une perte de suffrages pour le parti de Marine Le Pen. « Cela s’explique par la volonté de certains de faire barrage à la gauche, ce qui a réussi, estime le maire mantevillois et désormais élu régional Cyril Nauth. Même si nous avions très peu de chances de l’emporter, la logique du second tour nous a été fatale. » La plupart des nouveaux élus FN vont découvrir le fonctionnement du conseil régional, dont ils étaient exclus pendant le précédent mandat. La gauche, elle, va devoir
« réapprendre ce qu’est l’opposition dans une assemblée », note Sandrine Grandgambe, et compte bien exercer « un mandat de vigilance », assure Mounir Satouri. A droite, il s’agira de mettre en oeuvre les nombreuses promesses de campagne de Valérie Pécresse. « Le plus important maintenant est de prouver que son engagement et son programme étaient sincères, signale Othman Nasrou. Les grands axes de notre début de mandat seront le bouclier de sécurité et les questions économiques. »

RESULTATS DANS LES YVELINES ET EN ILE-DE-FRANCE

Les pourcentages donnés entre parenthèses correspondent aux scores des différentes listes réalisés dans l’ensemble de la Région Île-de-France. Source : ministère de l’Intérieur.

Participation : 56,24 % (54,46 %)
Votes blancs : 1,97 % (2,34 %)
Votes nuls : 1,11 % (1,27 %)

Valérie Pécresse, LR-UDI-Modem : 51,49 % (43,80 % – 121 sièges)
Claude Bartolone, PS-PRG-EELV-FG : 34,41 % (42,18 % – 66 sièges)
Wallerand de Saint Just, FN : 14,10 % (14,02 % – 22 sièges)