« L’objectif est le maintien et le développement », a justifié le maire mantais Michel Vialay (LR) au dernier conseil municipal : géré depuis sept ans en régie directe par la municipalité mantaise, le marché du quartier du Val Fourré sera à nouveau confié à un gestionnaire privé. L’entreprise choisie par la mairie aura également la charge du marché du centre-ville, actuellement géré par la société Mandon, dans le cadre d’une concession de dix ans.

Dans le quartier mantais du Val Fourré, le marché forain se tient mardi, vendredi et dimanche, sur la dalle comme dans les allées du centre commercial Mantes 2, et même dans les rues alentour. La municipalité mantaise ayant cependant lancé un projet de rénovation de l’ensemble de la dalle, elle avait annoncé début janvier aux commerçants sédentaires le déménagement des itinérants quelques dizaines de mètres plus loin, face au collège André Chénier.

Initialement prévu au printemps, il a été depuis reporté à la prochaine rentrée scolaire. Le changement de mode de gestion devrait intervenir, lui, en 2018. « L’objectif est bien évidemment de conserver cette volonté de poumon économique au coeur du quartier », a voulu rassurer Michel Vialay au dernier conseil municipal, lors du vote d’une délibération entérinant « le principe de délégation » pour les deux marchés forains.

« On a des éléments très secs et raides disant que l’expérience qu’on en a conduit à revenir à un mode de gestion délégué », s’étonnait en effet la conseillère municipale d’opposition Rama Sall (PS), de ce qui est l’un des plus grands marchés franciliens. La décision de prendre directement en charge la gestion des étals du Val Fourré avait permis, selon les représentants des commerçants itinérants, d’apporter une meilleure sécurité.

« Je crois qu’on peut se féliciter de ce développement, et de ce que la prise en main de ce marché par la Ville a permis de le sécuriser, de redorer son image », s’est félicité le premier magistrat en réponse à Rama Sall. Quant aux deux enquêtes déclenchées par le parquet de Versailles à propos du fonctionnement de la régie ces dernières années, elles n’ont pas abouti. « Il n’y a rien qui se passe dans ce dossier. Ça ne va nulle part », confiait d’ailleurs récemment au Parisien une source proche du dossier.