Disparu lundi 5 juin, inhumé jeudi dernier au Maroc, l’ex-recteur de la Grande mosquée de Mantes-la-Jolie, Ali Berka, a suscité de nombreux hommages dans le Mantois. Plusieurs milliers de personnes, notables comme anonymes, sont notamment venues à la prière funéraire organisée mercredi dernier dans l’édifice religieux situé en bordure du quartier Val Fourré, le peuplant ainsi jusqu’à son entrée.

L’homme semblait faire l’unanimité parmi les hommes et femmes politiques, un véritable exploit dans un terrain aussi miné que Mantes-la-Jolie. « J’ai toujours apprécié son humanité et l’ouverture à tous et toutes dont il faisait preuve quotidiennement », a ainsi loué dans un communiqué le conseiller municipal communiste Marc Jammet, qui poursuit : « Les musulmans – mais aussi les Mantais – viennent de perdre un grand homme. »

L’ex-maire de Mantes-la-Jolie et toujours président du Conseil départemental des Yvelines, Pierre Bédier (LR), a également salué en Ali Berka « un homme exceptionnel », comme le « bâtisseur d’une des premières et plus vastes mosquées de France », et « surtout le bâtisseur de ponts pour réunir les hommes ».