Après le concours de courts-métrages et l’exposition à la médiathèque des œuvres de Frédéric Dard en avril, les événements célébrant le centenaire de Frédéric Dard (1921-2000) se poursuivent. Il faut dire que l’écrivain à l’origine notamment des 175 ouvrages San Antonio a vécu en ville de 1949 à 1965.

C’est pourquoi, dimanche 27 juin, la Ville indique qu’un circuit touristique gratuit en petit train intitulé Les 100 piges de Frédéric Dard est proposé à 14 h 30 et 16 h 45 pour découvrir « les lieux emblématiques qui ont marqué la vie de l’écrivain ». Le parcours passera notamment devant « la maison du centre-ville dans laquelle il invente San Antonio, celle qu’il fait construire en bords de Seine selon ses plans ou encore le cinéma qui porte son nom et qu’il [a] inauguré en novembre 1995 ».

Cette inauguration se justifie par le fait que Frédéric Dard a réalisé une trentaine d’adaptations cinématographiques et théâtrales. Le cinéma de la ville lui rend donc hommage en diffusant certaines adaptations des œuvres de l’écrivain. Le 10 juillet, à 18 h 30, il s’agira de La vieille qui marchait dans la mer et qui est une comédie adaptée de San ­Antonio.

Le 28 août, à la même heure, un tout autre genre attendra les spectateurs puisqu’il s’agira du drame Le monte-charge. Il raconte la découverte macabre faite par le repris de justice Albert Herbin concernant l’époux de madame Dravet chez laquelle il se rend car il en est tombé amoureux.

Le 18 septembre, à 18 h 30, sera projeté le drame Les scélérats qui relate l’attirance de Louise pour la demeure bourgeoise des Rooland dans laquelle elle réussit à se faire embaucher en tant qu’employée de maison. Dès lors, elle s’immisce progressivement dans la vie du couple.

Un mois plus tard, le 16 octobre à 18 h 30, ce sera au tour de Toi le venin, l’adaptation du drame policier C’est toi le venin, d’être en tête d’affiche. Après la nuit d’amour de Pierre Menda dans le cabriolet d’une inconnue, cette dernière tente de l’écraser. Parvenant à relever l’immatriculation de la voiture, il trouve l’adresse de ses propriétaires et constate que la maison est habitée par deux sœurs blondes au physique très ressemblant mais dont l’une d’elle est en fauteuil roulant. La projection se fera avec la présence de l’actrice Marina Vlady.

Quant à la pièce de théâtre Les salauds vont en enfer, elle est prévue le 16 novembre à 14 h qui traite de l’évasion de deux prisonniers, Macquart et Rudel, qui se réfugient chez un couple dont ils tuent l’époux. Sa femme tente alors de se venger. Pour assister aux projections, l’entrée au cinéma Frédéric Dard est libre et gratuite.