Devenir une référence en matière de cultures urbaines, en particulier pour la danse. Tel est l’objectif exprimé par la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO) à l’occasion d’une table ronde visant à développer la pratique de la danse. « Pour les arts plastiques on a Graff ton équipement, sur la création musicale on a le Château éphémère […] et évidemment pour la danse on a le centre Pierre Doussaint », énumère Claire Paris-Messler, directrice générale adjointe à l’action culturelle chez GPSEO.

« C’est paradoxal, la première pratique artistique amateur sur le territoire c’est la danse […], constate Vincent Gaugain, directeur du Centre de la danse Pierre Doussaint, aux Mureaux. Mais effectivement sur l’offre de diffusion à travers les salles de spectacles et autres c’est un peu le parent pauvre. »

La programmation devant les scolaires, comme la résidence d’artistes sont des axes évoqués. « On parle de démocratisation culturelle, […] par contre sur les danses urbaines qui sont les premières danses pratiquées en France, […] il n’y a pas de structures spécifiques pour accompagner », insiste Vincent Gaugain.