« Exit le Campus des Mureaux et bienvenue à Oxygène Factory ! » Le directeur de la société publique locale éponyme (SPL), Laurent Rochette, ne cache pas son enthousiasme quant au changement de nom opéré depuis le 30 juin dernier. En choisissant un nom faisant référence aux 17 ha de verdure que propose le lieu, la SPL espère pouvoir séduire les entreprises de l’Ouest parisien pour l’organisation de séminaires.

Mais ce n’est pas le seul point que met en avant Laurent Rochette quant à la nécessité de ce changement de nom. « Des Campus il y en a plein, y compris dans le secteur géographique territorial des Mureaux, rappelle-t-il. Vous avez le Campus du centre hospitalier intercommunal qui est juste derrière nous, à Bécheville, vous avez un projet de Campus des métiers de la santé, qui est un projet […], qui se fera aussi dans ce secteur là, et vous avez le Campus départemental. Quand on parle du Campus on ne sait pas duquel on parle. »

Difficile aussi parfois d’oublier l’ancienne identité du lieu, qui ­appartenait autrefois à EDF avant de devenir propriété du Département en 2016. « Ce qu’on a pensé c’est qu’il fallait une vraie rupture en termes de marque », poursuit le directeur de la SPL, qui réalisait deux millions de chiffres d’affaires avant l’épidémie de Covid-19. Selon lui, l’atout du site, réside bien dans le lieu, où le bâtiment de 22 000 m² est entouré de verdure et sa proximité avec Paris et le quartier d’affaires de la Défense. « On est en pleine nature et c’est un peu unique à 30 minutes de la Défense, insiste-t-il. […] Depuis Paris c’est vraiment le bon sens le matin et le soir. »

Laurent Rochette précise également que les entreprises venant en séminaire participent au développement de l’agence interdépartementale E-tonomy. « Ce site sert aussi de creuset pour un hub d’innovations pour des entreprises ou des institutions qui travaillent sur la thématique de l’autonomie, […] et avec un objectif qui est de maintenir le plus possible les gens à domicile, détaille-il. […] Nos objectifs sont clairs, c’est de développer le chiffre d’affaires, on est une société publique locale, […] les actionnaires sont publics et donc on ne cherche pas la rémunération des actionnaires on cherche l’enrichissement d’un projet territorial public. »