Une ultime action pour « mettre un point final au projet de contournement de la RD 154 ». Le maire vernolien, Fabien Aufrechter (LREM), a, mercredi 15 septembre, lancé ouvertement les hostilités contre le très controversé projet routier du conseil ­départemental.

Lors du dernier conseil municipal, l’édile a décidé de « bloquer » le lancement des travaux (qui n’ont pas encore débuté) en annulant une délibération, votée par l’équipe précédente en 2018. Cette dernière permettait au Département « d’avoir à disposition les emprises » de sept sentes communales situées sur le tracé du projet. Si le Département n’a pas souhaité commenter cette décision, qui pourrait être vue comme un affront, l’opposition vernolienne s’est, elle, montrée inquiète des potentiels risques juridiques et financiers.

Comme précisé par Fabien Aufrechter, l’idée de retirer au Département les accès de ces chemins, situés notamment près du complexe François Pons, à la lisière du bois de Verneuil, et au niveau du plateau de Vernouillet, avait été évoquée par les associations Bien vivre à Vernouillet et Adiv Environnement. Les sentiers repris par la Ville sont perpendiculaires au tracé imaginé par le Département.

« Par conséquent, il lui est nécessaire d’avoir les accès, détaille Fabien Aufrechter visiblement lassé. Cela fait maintenant plus d’un an qu’on essaye d’avoir une discussion et de négocier avec le Département, j’avais prévenu que si ça ne menait à rien j’agirais. » Des voix de son président, Pierre Bédier (LR), ou de son ancien vice-président aux mobilités, Jean-François Raynal (LR), le Département a toujours tenu la même ligne : le projet est nécessaire et sera bien réalisé.

« Cela fait maintenant plus d’un an qu’on essaye d’avoir un discussion et de négocier avec le Département, j’avais prévenu que si ça ne menait à rien j’agirais », explique Fabien Aufrechter (LREM), maire.

De leurs côtés, les deux groupes d’opposition n’ont pas participé au vote pointant du doigt un manque d’informations sur les risques et pénalités que pourrait encourir la commune à s’engager sur cette voie. « Nous sommes entièrement dans notre droit, assure cependant le maire en demandant à ses élus de lui faire confiance. La seule chose que pourrait faire le Département c’est de nous exproprier, le cas échéant il faudra redéposer une DUP (déclaration d’utilité publique, Ndlr) et relancer une enquête publique ce qui nous permettra d’avoir un vrai débat, vingt ans après la première DUP. »

Les deux chefs de file de l’opposition, Jean-Marie Moreau (LR) et Fabienne Huard (SE), ont demandé que le vote soit reporté après une présentation par l’avocat de la Ville lors de la réunion organisée sur la déviation de la RD 154 dans les bois de Verneuil (voir encadré). Malgré tout, le vote a bien eu lieu, le maire invoquant un timing serré.

Le conseil majoritairement contre le contournement

Dès l’entame du conseil municipal, mercredi 15 septembre, le sujet de la déviation de la RD 154 était déjà au cœur des débats dans la salle du gymnase François Pons. En effet, avant de mettre aux voix l’abrogation de la délibération 2018-03, l’édile LREM, Fabien Aufrechter, a demandé à ses élus de se positionner publiquement pour ou contre la voie de contournement « pour engager le conseil municipal et porter le résultat de la consultation citoyenne (organisée conjointement avec les communes de Vernouillet et Chapet, le 11 octobre 2020, Ndlr ) », expliquait-il le 27 juin dernier au moment d’annoncer la tenue de ce même conseil sur le tracé de la voie de contournement, sur la route rouge.

Chose qui n’a pas pu se faire, la municipalité n’ayant pas obtenu l’autorisation de la préfecture, comme l’indiquait La Gazette dans son édition du 8 septembre. Imaginée ensuite comme une réunion symbolique, c’est cette fois la météo qui a contraint l’édile à la repousser au lundi 20 ­septembre, 17 h, avant d’être à nouveau reportée.

Sur la position de la Ville, la grande majorité  des élus ont symboliquement voté contre le projet de contournement de la RD 154 à l’exception de certains membres du groupe minoritaire Verneuil l’avenir ensemble.  Jean-Marie Moreau (et son pouvoir : Pascal Deshayes ), Chistian Lelièvre et Myriam Le Blay, n’ont pas participé au vote.

Modification du 24/09 : Nous vous indiquions précédemment que le conseiller municipal d’opposition Julien Fréjabue n’avait pas participé au vote. Ce dernier s’est en réalité positionné en faveur du projet départemental. Notre rédaction s’excuse auprès de ses lecteurs et du principal intéressé.

« Il est encore possible d’abandonner ce projet dont les travaux n’ont fait l’objet d’aucun commencement significatif d’exécution plus de cinq ans après la dernière DUP », justifie notamment le conseiller municipal d’opposition Thierry Huret pour le groupe Alternative citoyenne pour Verneuil.

 

Crédits photo article : CAPTURE ECRAN / VILLE DE VERNEUIL-SUR-SEINE