La fin du premier acte a finalement été sonnée. Dans une vidéo Facebook postée dans la soirée du samedi 8 janvier, le maire DVD, Raphaël Cognet, a annoncé sa démission de ses mandats de maire et de président de la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO). En guerre ouverte avec le président du Département, Pierre Bédier (LR), poussé vers la sortie par 27 adjoints et conseillers de la liste Mantes Unie, le désormais ex-maire aura fait durer le suspens jusqu’au bout.

Cette démission n’est pas la seule à avoir été enregistrée par la préfecture cette semaine, puisqu’Edwige Hervieux (LREM), adjointe à la transition écologique avait également remis sa démission le 3 janvier dernier. Le conseil municipal étant désormais incomplet, une élection municipale partielle se tiendra dans les prochains mois, avant les échéances électorales de l’élection présidentielle. Selon les articles L2122-14 et L2122-15 du Code général des collectivités territoriales, en tant que premier adjoint, Sidi El Haimer (LR), assure l’intérim. Pour GPSEO, la présidence par intérim a été déléguée à Cécile Zammit-Popescu, première vice-présidente et maire de Meulan-en-Yvelines. L’élection du nouveau président et de l’ensemble du bureau communautaire est prévue le 20 janvier prochain.

Dans cette vidéo, Raphaël Cognet évoque « deux raisons » à cette démission. L’une « politique », concerne directement la situation de ultra-minorité dans laquelle il se trouve, et dans laquelle il apparaît impossible de pouvoir délibérer sereinement. L’autre est « morale », l’ex-édile faisant référence, sans le nommer, au premier adjoint Sidi El Haimer et à son renvoi devant le tribunal correctionnel de Versailles dans l’affaire du marché du Val Fourré, alors même que dans cette dernière, il a apporté son soutien total à M. El Haimer à plusieurs reprises.

Dans une vidéo Facebook postée dans la soirée du samedi 8 janvier, le maire DVD, Raphaël Cognet, a annoncé sa démission de ses mandats de maire et de président de la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO). En tant que premier adjoint, Sidi El Haimer (LR), assure l’intérim. Pour GPSEO, la présidence par intérim a été déléguée à Cécile Zammit-Popescu, première vice-présidente.

Une allusion que n’a pas goûté l’intéressé, qui a répondu via un communiqué de presse diffusé par Mantes actu : « Je suis scandalisé par les propos de Monsieur Cognet à mon encontre. Il bafoue la présomption d’innocence et installe la présomption de culpabilité. Je m’interroge également sur son amnésie, il y a quelques semaines il était mon premier soutien. » Désormais en attente de l’arrêté qui officialisera sa prise de fonction de gestionnaire par intérim de la collectivité, il se dit prêt à assumer : « Pendant cet intérim, je n’aurai d’autres ambitions que de servir les Mantais et je sais pouvoir compter sur Jean-Luc Santini et la quasi-totalité des élus du groupe Mantes unie. »

Ainsi, la liste des forces en présence dans le cadre de cette future élection municipale se précise peu à peu. Dans son allocution, Raphaël Cognet laisse peu de place au doute quant à sa candidature. « Nous avons tissé ensemble depuis quatre ans, une relation exceptionnelle, indique-t-il. Je souhaite qu’elle perdure, je souhaite continuer à vous être utile. » Du côté des élus du groupe Mantes unie, Jean-Luc Santini (LR), proche de Pierre Bédier, adjoint à l’urbanisme depuis 20 ans et Mantais depuis 40 ans, sera la tête de liste. « Il n’y avait aucune ambiguïté de notre part, souligne ce dernier. Sur les 31 élus sortants, 30 repartent avec moi, huit adjoints sur dix sont toujours là. La liste est aux trois-quarts complète, on n’a pas de problème. […] On attend la date officielle. » Pour le moment, le mot d’ordre est clair. « La priorité c’est de redonner aux services de la Ville des consignes claires, les rassurer, insiste-t-il. L’idée c’est vraiment on réorganise, on nomme un directeur général des services par intérim pour coordonner, redonner un cap. »

Le groupe Vivre mieux à Mantes-la-Jolie, emmené par Marc Jammet, a également souligné de sa volonté de prendre part au scrutin. « Face à ces deux listes de droite qui devront se partager leurs voix, il y a besoin d’une liste de progrès, écrivent les quatre élus. […] Aujourd’hui, nous proposons aux Mantais qui ont « le cœur à gauche » de nous rejoindre autour des trois axes que nous n’avons cessé de défendre : la solidarité entre tous les Mantais, le retour du social, le maintien et le développement des services publics. » Sur les réseaux sociaux, Khadija Moudnib s’est aussi manifestée, appelant à la rejoindre. « Notre ville a besoin d’un souffle nouveau, fait-elle savoir. Nous mesurons chaque jour les défis que nous aurons à relever en matière de logement, d’accompagnement scolaire, de formation, de sécurité, d’accompagnement des entrepreneurs, de cadre de vie, de solidarités… » Reste désormais à connaître les dates officielles de l’élection et voir dans quelle ­ambiance elle se passera.