Le projet de construction de 40 logements, dont 16 sociaux, porté par le promoteur Ogic au niveau de l’avenue d’Eylau ne passe toujours pas auprès des habitants. Sur la quarantaine de personnes venues le 22 mars à la quatrième et, à priori, dernière réunion participative, la majorité d’entre eux a exprimé ses désaccords. Reconnaissants des améliorations esthétiques du projet par rapport aux précédentes réunions, les habitants s’opposent cependant fermement à la démolition de la maison de maître ayant appartenu au général Lepic. Elle présente pourtant un risque d’effondrement.

« On ne veut pas de ce projet sans la bâtisse. Cela ne peut pas être plus clair », déclare Cipriano Herrera, membre de l’association de quartier Avenue d’Eylau et rue maréchal Foch qui compte une trentaine d’adhérents. La bâtisse sera rebâtie en pierre calcaire avec une toiture en zinc dans un style plus contemporain qui ne fait pas l’unanimité. Selon Nicolas Lacour, directeur régional chez Ogic, le permis de construire devrait être déposé « mi-avril » pour une livraison estimée en « septembre 2024 ». Selon l’association, en cas de persistance des désaccords, des recours administratifs sont ­envisagés.