Les amateurs d’aviation n’auront pas le plaisir de retrouver le ballet aérien de la Fête de l’air cette année. Attendue depuis trois ans, la 13e édition du meeting qui devait se tenir le 17 septembre prochain à l’aérodrome de Verneuil-Les Mureaux n’aura finalement pas lieu. Eugène Dalle, le président du Sivu, syndicat intercommunal qui gère l’aérodrome et organise les festivités, regrette de n’avoir pas pu compter sur la participation des deux collectivités, et en particulier celle de Verneuil-sur-Seine, pour maintenir l’événement.

Depuis plusieurs mois, Eugène Dalle était sur le pont pour organiser cette grande manifestation qui réunit habituellement entre 10 000 et 15 000 personnes. Après plusieurs passages de la patrouille de France, cette année, le clou du spectacle devait être assuré par la présence de deux avions de chasse Rafale dans le ciel muriautin.

Mais alors que la Fête de l’air avait pour coutume de se dérouler durant le deuxième week-end de septembre, l’indisponibilité de l’escadron de l’armée française a contraint Eugène Dalle à retenir, pour cette édition, la date du 17 septembre. Problème, lorsqu’il consulte le maire des Mureaux, François Garay (DVG), ce dernier lui indique que ses agents de police municipale ne seront pas disponibles à cause de l’organisation de Fleurs en Seine le même week-end.

Après le désengagement des Mureaux, Eugène Dalle (à gauche) sollicite le maire de Verneuil-sur-Seine, Fabien Aufrechter (à droite) pour que ce dernier apporte, seul, son concours à l’événement.

Alors qu’il a déjà bouclé la date avec les états-majors de l’armée, Eugène Dalle sollicite ainsi le maire de Verneuil-sur-Seine pour que ce dernier apporte, seul, son concours à l’événement. « J’ai annulé parce que le maire de Verneuil (Fabien Aufrechter, Ndlr), qui m’a demandé d’organiser la Fête de l’air, n’a pas voulu me mettre à disposition, comme à l’accoutumée, ses services techniques et sa police municipale », assure Eugène Dalle qui est également maire-adjoint d’opposition (voir édition du 22 décembre 2021) au conseil municipal de Verneuil-sur-Seine. Ce dernier précise qu’une entreprise de sécurité devait combler l’absence de la police ­municipale muriautine.

Accusé d’avoir annulé l’événement « sans réelle concertation » dans un communiqué cosigné par les deux Villes, le président du Sivu a publié les différents mails qu’il avait adressés à l’édile vernolien en vue de l’organisation de l’événement. Datés des 16, 31 mai et du 20 juin ces courriers sont tous restés sans réponse, y compris le dernier où Eugène Dalle précise que « la tenue de cet événement est menacée ».

« J’ai bien compris qu’Eugène Dalle qui a été dans ma majorité et qui maintenant est dans l’opposition cherche à utiliser [cette annulation] à des fins politiques mais en fait moi je suis très en dehors de cette histoire, réagit de son côté Fabien Aufrechter (Ensemble). Le problème ce n’est pas une question de je veux ou je ne veux pas [mettre ses services à disposition] mais c’est que je n’ai pas le droit, et il le sait très bien, qu’une commune n’a pas le droit d’intervenir sur une autre. C’est triste parce que ce sont les Vernoliens qui vont en pâtir parce que ça n’a pas été travaillé correctement. »